26 avril 1986: la centrale nucléaire de Tchernobyl explosait

Le 26 janvier 1986, le monde se trouvait confronté à la plus grave catastrophe nucléaire qu'il ait connue, à Tchernobyl. 25 ans après, des commémorations sont prévues, sur fond de craintes du nucléaire dues au récent accident de Fukushima.

Des commémorations dans le monde entier

L'accident nucléaire de Tchernobyl, survenu à 1h23 le 26 avril 1986, est commémoré dans le monde entier ce mardi. Dans les mémoires, l'explosion survenue dans le réacteur numéro 4, est encore bien là. A l'origine de la tragédie: une série d'erreurs de manipulation au cours d'un test de sécurité, aux conséquences lourdes : les rejets d'éléments radioactifs étaient équivalents à 200 bombes de Hiroshima, contaminant toute l'Europe.

S'en était suivi un puissant incendie, que 400.000 liquidateurs avaient alors été chargés d'éteindre. Sans protection adaptée, leur exposition aux radiations a été maximale. Pour leur rendre hommage, comme à toutes les victimes de la catastrophe, un monument à été érigé à Tchernobyl.

Le nucléaire au centre des discussions politiques

L'évènement trouve une résonnance particulière, quelques semaines après l'accident survenu à Fukushima, au Japon. Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-Moon, a récemment appelé à « un débat global sur le nucléaire », ajoutant qu'il fallait « tirer les leçons de ces tragédies et renforcer les normes de sécurité nucléaire. »

La page Tchernobyl est donc loin d'être tournée, d'autant que l'incertitude continue de peser sur le bilan de la catastrophe. A l'époque, le régime soviétique, dirigé par Mikhaïl Gorbatchev, avait attendu trois jours avant d'annoncer ce qui venait de se produire ; contraint par l'arrivée du nuage radioactif en Suède. Dans les années qui ont suivi, le mauvais suivi des victimes, ainsi que le perpétuel silence du régime avaient conduit à la contamination de centaines de milliers de personnes.

Mais combien, exactement ? Les calculs divergent. En 2005, un rapport de l'Onu estimait à 4.000 le nombre de décès des suites de la radiation. Un rapport contesté par des organisations écologistes comme Greenpeace, qui pensent que 100.000 personnes ont trouvé la mort avant 2005. Le comité scientifique des Nations Unies sur les effets des rayonnements (UNSCEAR), lui, ne reconnait que 31 morts. En février 2011, ce même organisme fait aussi état de 6.000 cas de cancer de la tyroïde.

Le 19 avril dernier, la communauté internationale a débloqué 550 millions d'euros pour le financement des travaux d'aménagement d'un nouveau sarcophage à Tchernobyl (sur les 740 millions nécessaires)