Année du Dragon en Chine : l’écologie y aura-t-elle sa place ?

La Chine fête l’année du Dragon

Le nouvel an chinois a eu lieu le lundi 23 janvier. A Paris notamment, on a pu voir de nombreuses décorations mises pour fêter l'évènement. Dans le monde, c’est environ un milliard et demi de personnes qui ont célébré l’arrivée de l’année du Dragon d'eau. Le Dragon d’eau est un signe astrologique chinois qui est synonyme de richesses et de réalisations. C’est un des signes astrologiques chinois les plus forts.

Année du Dragon : « de grands défis pour la Chine en 2012 »

Pour cette nouvelle année, le premier Ministre chinois Wen Jiabao a fait un discours sur les enjeux de la Chine en 2012. Il a notamment parlé « de plus grands défis que l’année dernière ». Tout d’abord, concernant le volet économique, le but du gouvernement chinois est de maintenir la croissance rapide de la Chine. La lutte contre la hausse des prix sera un challenge pour la Chine qui avait connu une inflation de plus de 6% en Juillet 2011.

« Année du dragon » et « défi environnemental » iront de pair

L’autre défi majeur de la Chine en cette année du Dragon sera l’environnement. En effet, la Chine est frappée par de nombreux maux environnementaux qui varient entre sécheresses, inondations et faiblesses des récoltes.

De plus, la pollution atmosphérique dans la capitale est grandissante. Les problèmes de santé, notamment au niveau respiratoire, ne cessent de s’accroître.

Pour établir une croissance pérenne, la Chine devra donc chasser ce nuage noir qui menace l’économie. C’est en tout cas ce qui est dit dans un rapport publié par le gouvernement chinois le 21 Janvier dernier. Il s’agit du « Deuxième rapport national d'évaluation sur les changements climatiques ».

« Deuxième rapport national d'évaluation sur les changements climatiques » de la Chine

Le rapport de plus de 700 pages présente de nombreuses inquiétudes des scientifiques chinois.

Tout d’abord, il fait état d’une augmentation des gaz à effet de serre (GES) et notamment de CO2. Aujourd’hui, la Chine est responsable d’un quart des émissions de CO2. D’ici 2020, les émissions atteindront neuf milliards de tonnes. Les investissements pour diminuer les GES en Chine s’élèveraient à 1 200 milliards d'euros d'ici 2020. Enfin, toujours selon le rapport, les GES ne devraient diminuer qu’à partir de 2030.

La seconde inquiétude des scientifiques chinois porte sur l’allocation des ressources en eau. Si rien n’est fait pour contrecarrer le réchauffement climatique, huit régions sur les 31 devront faire face à des pénuries d’eau d’ici 2050. Alors que d’autres zones côtières devront faire face à la montée de la mer : le rapport prévoit une hausse de la montée des mers de 15 centimètres d’ici 2050. Cela mettra donc en danger les villes côtières tel que Shanghai qui a déjà subi une montée des eaux de 11 centimètres entre 1979 et 2009.

L’année du Dragon devrait donc prendre tout son sens en matière de développement durable.

Source : Vos économies d’énergie .fr