Bilan et conclusion de la Conférence Environnementale

La Conférence environnementale qui a eu lieu les 14 et 15 Septembre a été clôturée par Jean-Marc Ayrault et laisse certains participants sur leur faim. En effet, François Hollande avait d'ores et déjà annoncé la veille les mesures écologiques principale concernant notamment la transition énergétique, et le Premier Ministre n'a pa fait d'annonce majeure supplémentaire. En conséquence, une feuille de route sera établie dans le courant de la semaine et permettra de répondre aux différentes interrogations encore présentes.

Vendredi 14 Septembre, le Président de la République a pris la parole lors de la Conférence Environnementale et a clairement exposé certaines mesures écologiques qui sont symboliquement fortes: La centrale nucléaire de Fessenheim fermera fin 2016, le gaz de schiste ne sera pas exploité en France, une agence nationale de la biodiversité sera créée, un plan de rénovation thermique sera mis en place ainsi qu'une nouvelle fiscalité écologique. Des décisions qui ont bien sur ravi les ONGs environnementales ainsi que la parti Europe Écologie Les Verts (EELV).


Plusieurs mesures écologiques emblématiques

Pour clôturer la Conférence, Jean-Marc Ayrault est revenu sur les mesures immédiates qu'il est nécessaire de prendre. Tout d'abord, il est revenu sur la proposition de loi sur la tarification progressive de l'énergie (proposition du député PS, François Brottes) et a affirmé que celle-ci pouvait être une réelle réponse au problème de la précarité énergétique que subissent environ 8 millions de français. Il a notamment spécifié que dans l'immédiat, il était important "d'étendre le bénéfice social du tarif social à 4 millions de ménages en difficulté financières (soit huit millions de personnes)". Actuellement ce tarif social ne concerne qu'un million de ménages.

Concernant la biodiversité, le Premier Ministre a rappelé qu'en 2013, une Agence Nationale sera créée pour travailler sur ce sujet et qu'il ne fallait pas craindre que ce soit une problématique laissée de côté. Par ailleurs, il a affirmé, comme l'avait fait François Hollande, que pour soutenir et relancer le secteur des énergies renouvelables et tout particulièrement l'éolien et le solaire (panneaux photovoltaïques), de nouveaux appels d'offres seront lancés. Il a ajouté à ce sujet que "l'obligation d'appartenir à une zone de développement de l'éolien (ZDE) sera supprimée, et un tarif d'achat adapté à l'Outre-mer, mis en place". Toutefois, la fédération d'entreprises, France Énergie Éolienne, a depuis fait savoir que ces mesures ne sont absolument pas suffisantes et qu'il faudrait que d'autres dispositions soient prises.

Enfin, Jean-Marc Ayrault a également abordé un point peu mentionné par le Président de la République: celui des transports. Il a effectivement souhaité que cette problématique écologique ait la place qu'elle mérite et a déterminé un objectif à atteindre pour les chercheurs et les industriels. Cet objectif est de désormais utiliser des véhicules ne consommant que 2 litres de carburant tous les 100 km. Mais une fois de plus, cela n'a pas semblé satisfaire les ONGs qui ont manifesté leur regret qu'il n'y ai pas eu de prise de position sur la fiscalité sur le diesel; En effet, réajuster la fiscalité entre l'essence et le diesel n'est pas programmé par la Loi de finances de 2013.


Les points en suspens

Il y a certains sujets sur lesquels il n'y a pas eu vraiment d'avancement au grand regret des associations environnementales présentes, comme par exemple le lien entre l'environnement et la santé. Sur ce thème en particulier, le Président tout comme le Premier Ministre ne se sont pas attardés et ont juste exprimé leur soutien à la proposition de loi de Gérard Bapt d'interdire l'utilisation du Bisphénol A "sous réserve que les produits de substitution aient fait la preuve de leur innocuité". Par ailleurs, concernant l'agriculture, il y a eu confirmation que l'épandage aérien de produits phytosanitaires serait interdit à part dans le cas où aucune solution alternative ne serait possible; cette mesure visant à éliminer les dérogations délivrées par certaines préfectures. Mais, Jean-Marc Ayrault n'est pas revenu sur l'objectif fixé lors du Grenelle de l'environnement de 2007 de réduire les pesticides de moitié d'ici 2018.

Jean-Marc Ayrault a également souhaité que la polémique, au sujet du décret sur la RSE des sociétés, cesse. Ce décret qui prévoyait que les entreprises soient distinguées selon leur responsabilité sociale et environnementale ne verra finalement pas le jour car le Conseil d'État l'avait retoquée plusieurs fois. Et enfin, le Premier Ministre a proposé, par rapport à la fiscalité écologique, d'augmenter la taxe globale "sur les activités polluantes et portant sur les polluants atmosphériques" et a confirmé que dès le 1er janvier 2013 sera rehaussé le niveau du malus automobile.


Vous souhaitez calculer vos économies d'énergie grâce à la construction écologique ?

Je calcule mes économies

Source: vos économies d'énergie.fr