Bruxelles s'interroge sur le développement durable après 2020

Dans un rapport, la Commission européenne a insisté sur la mise en place d’un cadre réglementaire favorable aux investissements privés dans le secteur des énergies renouvelables. Toutefois, ce communiqué ne reprend pas la récente inclusion du gaz dans les « énergies bas carbone » qui pourrait profiter de subventions européennes.


L'UE doit faire des efforts pour atteindre ses objectifs d'économies d'énergie

Désormais, le Vieux Continent, qui est le plus volontariste en termes d'objectifs climatiques, doit réaliser quelques ajustements dans les énergies renouvelables pour un rôle. Ce volontarisme s’exprime notamment avec le paquet « 3 x 20 » qui prévoient 20 % d'énergies renouvelables en 2020, 20 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de consommation d'énergie entre 1990 et 2020.

Toutefois, il n’est pas certain que les 27 États membres arrivent à atteindre cet objectif alors que la Commission européenne est déjà en train de mettre en place les pièces indispensables qui vont permettre l’atteinte de cette politique au-delà de 2020. Cet effort commence par une intégration du marché de l'énergie, pré requis indispensable à la mise en œuvre des mesures avancées.


L'investissement européen demeure insuffisant

Le Commissaire européen en charge de l'énergie, Günther Oettinger a d’ailleurs insisté sur la nécessité de mettre en place ce développement selon le meilleur rapport coût/efficacité possible tout en proposant un cadre fondé sur des politiques dépassant l'horizon 2020 aux investisseurs privés.

Bruxelles incite les États membres à définir au plus vite les étapes pour arriver à l'horizon 2030, notamment sur les sujets de réduction des gaz à effet de serre. Pour arriver à atteindre le développement des énergies propres, il faut un minimum d’investissement de 70 milliards d'euros par an, soit deux fois plus que le montant actuel.


Bruxelles inclut le gaz aux énergies renouvelables

La Commission vient récemment d'inclure le gaz dans les énergies qui pourrait profiter de subventions européennes à la R&D, qui étaient initialement prévues aux énergies vertes.

80 milliards d'euros sont prévus pour le programme Horizon 2020. Ils seront consacrés à la recherche et à l'innovation entre 2014 à 2020. 30 milliards seront destinés à améliorer la technologie qui favorise la transition vers une société plus sobre en énergies fossiles et en carbone. C’est à l’issue d’un lobbying réalisé par les industriels que le gaz a fini par être ajouté à la liste des technologies concernées. Cependant, le rapport rédigé par le groupe des Verts qui a été présenté mardi stipulait que les énergies fossiles bénéficient déjà, depuis un certain temps, de plus de 750 milliards de dollars de fonds publics dans le monde.

Dans un communiqué, Bruxelles a avancé plusieurs aménagements intéressants qui pourraient dynamiser le développement des énergies renouvelables après 2020. Ces aménagements comptent un système d'aides aux énergies vertes plus homogènes d'un État membre à un autre. Cela aura pour effet de réduire les couts, de généraliser les échanges d'énergie intra-européens, de permettre un meilleur développement de l'énergie issue de l'éolienne et des panneaux photovoltaïques et donc de réaliser des économies d'énergie


Des échanges d'énergie propre

En parallèle, les mécanismes de coopération, qui étaient déjà prévu dans la directive sur les énergies renouvelables devraient être mieux généralisés. À noter que cette coopération permet aux États d'atteindre leurs objectifs nationaux via l’achat d'énergie verte à un autre État membre, voire à un État extra-européen. Le développement durable en Europe nécessite l'application d'une politique commune.


Vous souhaitez contribuez au développement durable tout en effectuant des économies?

Utilisez notre simulateur pour calculer les économies d'énergie de votre logement doté d'installations écologiques. C'est gratuit et sans engagement

Je calcule mes économies


Source: vos économies d'énergie.fr