Combien coûte l’électricité provenant des centrales nucléaires ?

C’est la question que s’est posée la Cour des comptes dans un rapport publié hier. Cette étude lui avait été demandée par le gouvernement en mai dernier afin de faire avancer le débat sur le nucléaire.

« Les Coûts de la filière électronucléaire » par la Cour des Comptes

La Cour des Comptes a publié le rapport de 430 pages, intitulé « Les Coûts de la filière électronucléaire » hier, mardi 31 Janvier 2012. C’était la première fois que ces coûts étaient listés de façon exhaustive.

Dans ce rapport se trouve tous les coûts qu’ont dû supporter les exploitants des centrales : de la construction, de la maintenance et du démantèlement des réacteurs aux coûts de l’assurance en passant par le traitement des déchets radioactifs.

Quels ont été les coûts de la production d’électricité nucléaire jusqu’en 2010 ?

La Cour des Comptes évalue les coûts liés à la construction des installations requises pour produire de l’électricité nucléaire à 121 milliards d’euros de 1970 à 2010. A ces coûts s’ajoutent les coûts de recherche qui s’élèvent à 55 milliards d’euros et les coûts du Superphénix de 12 milliards d’euros. Les coûts totaux depuis une cinquantaine d’années s’élèvent donc à 188 milliards d’euros. Durant les dernières années, les coûts ont été plus élevés puisque les mesures de sécurité ont été de plus en plus pointilleuses. En ce qui concerne les charges d’exploitation, celles-ci s’élèvent à 8,9 milliards d’euros, ce qui représente un coût de 22 euros par mégawatt heure.

Ainsi, la Cour des Comptes évalue le coût moyen du mégawatt heure à 49,5 euros en 2010.

Les coûts de la filière nucléaire vont encore augmenter dans les années à venir

La Cour des Comptes estime que les coûts de production d’électricité nucléaire vont encore augmenter au minimum de 10%, soit environ une hausse minimum de 5 euros le mégawatt heure. Cette augmentation des coûts s’explique en partie par l’investissement destiné à la sécurité des réacteurs qui a été exigé par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), mais aussi plus globalement aux coûts de maintenance en général.

D’ici 2022, la France va être confrontée à un choix stratégique concernant le nucléaire

La durée de vie des centrales avaient été estimée à 40 ans lors de leur construction. Or, en 2022, 22 des 58 réacteurs auront quarante ans. Etant donné que la construction de onze nouveaux réacteurs pressurisés européens (EPR) coûteraient trop chère à mettre en œuvre d’ici 2022, la France n’aura alors que deux choix possibles : prolonger la durée de vie de ses centrales nucléaires ou transiter vers les énergies renouvelables. La Cour des Comptes estime que le prolongement de la durée de vie des centrales augmentera les coûts de maintenance de 10%.

Quoi qu’il en soit, la Cour des Comptes préconise au gouvernement de mener une stratégie cohérente et explicite, avec des investissements planifiés dès aujourd’hui.

Que pensent les associations écologistes du rapport sur le nucléaire?

Selon une porte-parole de Greenpeace, ce rapport sera un argument sur lequel s’appuyer dans le débat anti ou pro-nucléaire. Cependant, selon cette dernière, les coûts fournis par EDF auraient été sous-évalués et le rapport devrait être repris par des auditeurs indépendants.

Source : Vos économies d’énergie .fr