COP17 de Durban: l’accord de dernière minute

Durban : un accord in extremis

La 17ème Conférence des Nations-Unies sur le climat (COP17) a finalement débouché sur un accord quant à la prolongation du Protocole de Kyoto dans la nuit de samedi à dimanche. Il s’agit d’un accord qui concerne tous les pays membres des Nations-Unies, comme le souhaitait l’Union-Européenne. En revanche, le pacte ne sera pas « juridiquement contraignant » mais il aura une force légale.

Que prévoit l’accord de Durban ?

Cet accord prévoit que les 190 pays présents à la COP 17 signent un Pacte global d’ici 2015. Ce pacte donnera des objectifs à chaque pays en ce qui concerne la réduction des gaz à effet de serre. On rappelle que ce sont les gaz à effet de serre qui sont responsables du réchauffement climatique. Le pacte global sera effectif à partir de 2020.

C’est un grand pas qui a été fait puisque même l’Inde et les États-Unis ont signé cet accord. Or ce sont les pays les plus pollueurs de la planète. Ainsi, les efforts de l’Union-Européenne pour limiter le réchauffement climatique n’ont pas été faits en vain depuis une dizaine d’années. Selon cet accord, l’Union-Européenne devrait prolonger l’accord de Kyoto qui devait prendre fin en 2012.

Le futur pacte global sur le climat sera négocié au Quatar

Le pacte global sera l’objet de grandes négociations en 2012. La Conférence sur le climat se déroulera cette fois-ci au Qatar. En effet, c’est le pays le plus émetteur de CO2 par habitant sur toute la planète.

Prolongation de la COP17 à Durban

La Conférence des Nations-Unies sur le climat devait se terminer Vendredi 9 Décembre 2011. Mais celle-ci a finalement été prolongée jusqu’à la nuit de samedi à dimanche avec 36 heures de retard. Les pays n’étaient pas d’accord quant aux termes exactes employés sur la « feuille de route ».

L’accord de la Chine a entraîné l’acceptation des États-Unis et de l’Inde

La Chine a entraîné les Etats-Unis et l’Inde avec elle. Jusqu’au dernier moment, les pays ont retenu leur souffle en attendant la réponse de la Ministre de l’environnement indienne Jayanthi Natarajan. Finalement, étant donné que tous les pays ont fait preuve de flexibilité, l’Inde a également fait des concessions. Quant aux États-Unis, le ministre du climat Todd Stern se réjouit que les pays en développement aient fait eux aussi un effort pour signer cet accord.

La déception des ONG quant à la COP17

Quelques ONG écologistes comme Green Peace ou Les amis de la Terre sont déçus par cette Conférence sur le réchauffement climatique. Elles attendaient plus qu’un simple accord sur un pacte futur. Pour les ONG, un accord contraignant à court terme aurait dû être trouvé, et ce avec des objectifs concrets : elles rappellent l’urgence du réchauffement climatique. En effet, plusieurs études montrent que si rien n’est fait, le réchauffement climatique devrait dépasser les 3°C d’ici 2050. Les ONG dénoncent les chefs gouvernementaux qui ont préféré suivre les gros pollueurs plutôt que le « peuple ».

Source : Vos économies d'énergie.fr