Coupe du monde de football veut rimer avec développement durable

Le Football se pose comme le sport le plus pratiqué au monde. Avec plus de 300 millions de joueurs répertoriés à travers le globe, il rassemble les gens et véhicule plusieurs valeurs essentielles à savoir, le respect, le fair-play ou encore la lutte conte le racisme. Pour la coupe de monde de football 2014, la FIFA prévoit de compenser les émissions de CO2 en mettant en avant le développement durable.

Compenser les émissions de CO2 de la prochaine coupe du monde

L’on estime les émissions de CO2 de la coupe du monde en 2014 et de la coupe des confédérations réunies ainsi que de la précédente édition à un total plus de 2,7 millions de tonnes. Plus de 84 % de ces émissions proviennent du transport, 10 % se réfèrent à l’utilisation des sites où se déroulent les jeux et concerne les déchets, les alimentations et les énergies utilisées et les 6 % restant se rapportent aux questions de logement.

Au vu de ces constats, la FIFA prévoit de compenser les émissions en ayant recours au développement durable. D’après son Secrétaire général, Jérôme Valcke, l’idée est d’inciter les Brésiliens à adopter les réflexes adéquats afin de réduire au maximum l’ensemble des émissions en vue d’atteindre le même niveau que pour le mondial sud-africain qui a affiché une empreinte carbone moindre. Pour y arriver, la FIFA entend construire des stades respectant la norme environnementale LEED et former leurs personnels aux pratiques environnementales qui permettraient d’espérer un réel changement. Ces objectifs développement durable visant à réduire les émissions de CO2 et à préserver la planète s’inscrivent sur le long terme, car la FIFA espère organiser les futures coupes du monde dans un total respect de l’environnement.

L’ONU veut également une Coupe du monde 2014 "verte" et développement durable

Alors que l’on n’est plus très loin de la prochaine coupe du monde de Football, les questions environnementales voguent de partout. Le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) à Brasília a demandé à la FIFA et au Brésil de réaliser des efforts écologiques et de s’investir d’avantage dans le bon déroulement des jeux pour que la coupe du monde 2014 soit placée sous le signe du vert. Ils ont notamment déclaré que l’effort fourni en matière de gestion environnementale n’était pas suffisant et que la FIFA devrait y remédier promptement en encourageant son personnel et ses collaborateurs à penser développement durable.

En 2010, l’Afrique du Sud avait réussi à réduire ses émissions de CO2 de manière conséquente en réalisant des efforts écologiques. C’est d’ailleurs avec les mêmes objectifs que la FIFA entend organiser la prochaine coupe du monde qui, rappelons-le, se déroulera cette fois en Brésil. Brasília a annoncé qu’elle avait approuvé la certification verte pour la construction des stades, notamment la réutilisation du matériel pour les rénovations énergétiques de ces derniers. Elle a également annoncé que la gestion de l’eau, les questions se ramenant à l’éclairage et le logement devraient être traités. Malgré les efforts annoncés, l’ONU estime toujours que ce n’est pas encore suffisant. L’on attend alors de voir que va faire la FIFA pour obtenir les bonnes grâces de l’ONU.


Source : Vos économies d'énergie.fr