EDF prévient des conséquences d’une réduction du nucléaire en France

Le nucléaire au cœur des débats : le PDG d’EDF défend sa cause

Le nucléaire est au cœur de tous les débats avec l’arrivée de l’élection présidentielle française. Alors que le gouvernement veut étendre le parc nucléaire, le parti socialiste souhaite diminuer la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 à 50% d’ici 2025. Europe Ecologie-Les Verts demande un arrêt définitif du nucléaire. Mercredi, Henri Proglio, PDG d’EDF, a décrit les impacts négatifs qu’il y aurait si la France choisissait une sortie du nucléaire. On rappelle qu’EDF détient un parc de soixante centrales nucléaires.

Sortie du nucléaire en France : des conséquences économiques selon le PDG d’EDF

Selon Henri Proglio, un arrêt définitif du nucléaire en France serait synonyme d’une suppression d’un million d’emplois. Dans le secteur du nucléaire, 400 000 emplois directs et indirects seraient alors menacés. Les tarifs d’électricité augmenteraient à cause d’une diminution de l’offre d’électricité en France. Les entreprises qui consomment énormément d’énergie devraient délocaliser leurs usines car l’électricité deviendrait trop chère entraînant une perte de 500 000 emplois. Le gouvernement souhaitait également ouvrir de nouvelles centrales nucléaires dans le monde créant 100 000 emplois supplémentaires. Or ces futurs emplois seraient également perdus si la France décidait de sortir du nucléaire.

Selon le PDG d’EDF, ces pertes d’emplois seraient à l’origine d’une baisse de la croissance du PIB de 0,5 point minimum. De plus, la France ne pourrait plus assurer son indépendance énergétique.

Sortie du nucléaire : des conséquences écologiques selon Henri Proglio

Toujours selon le PDG d’EDF, une diminution de la part du nucléaire dans la production d’électricité aurait des dommages pour l’environnement. En effet, diminuer le nucléaire signifierait augmenter l’utilisation des énergies fossiles comme le charbon, le gaz ou le pétrole. Or cela entraînerait une augmentation d’un quart des émissions de gaz à effet de serre en France.

Historique du nucléaire en France

Le développement de l’industrie nucléaire a commencé dans les années 1950. C’est alors neuf réacteurs d’uranium naturel, un réacteur à eau lourde et un réacteur à eau légère qui avaient été mis en place. C’est ainsi que la France est aujourd’hui un des seuls pays européens à assurer son indépendance énergétique.

Après vingt ans sans que la France n’ait construit de centrales nucléaires, de nouveaux projets sont en cours de réalisation. Areva a conçu des réacteurs nucléaires de troisième génération. Ce sont les réacteurs pressurisés européens. Quatre réacteurs sont en train de voir le jour : un en Finlande, deux en Chine, et un en France. En France, il se situe à Flamanville et il sera opérationnel dès 2016.

Prolongation de la durée de vie des centrales dans le monde

Dans le monde, on observe une prolongation de la durée de vie des centrales. En France, la durée de vie des centrales était initialement prévue pour quarante ans. Aujourd’hui, on veut prolonger cette durée de vie à soixante ans. Cela pose des questions de sécurité après la catastrophe de Fukushima au Japon. La France assure cependant que la sécurité des centrales est optimum et que des tests y sont faits régulièrement.

D’autres pays ont fait le choix de la sortie du nucléaire comme l’Allemagne ou la Belgique.

Source : Voseconomiesdenergie.fr