Gaz de schiste et écologie : incompatibilité ?

La ministre de l’écologie, Delphine Batho, a annoncé lors d’un débat aux journées d’été d’Europe Ecologie Les Verts à Poitiers (EELV), que la fracturation hydraulique est l’unique technique existante pour la prospection de gaz de schiste et qu’elle « pose problème ».


Qu’est ce que la fracturation hydraulique ?

Le pétrole et la gaz naturel deviennent des hydrocarbures par migration de la matière organique au cours de dizaines ou de centaines de millions d’années. Ce liquide et ce gaz sont alors enfermés dans une roche, qu’on appelle roche-mère. Elle fonctionne comme une éponge, quand on appuie dessus elle relâche son contenu.

Le gaz de schiste, lui, est celui qui est resté prisonnier de la roche mère. Pour l’extraire il faut détruire la roche pour accéder la couche inférieure, c’est ce qu’on appelle la fracturation hydraulique. C’est une opération difficile sachant que la roche-mère se situe entre 1.000 et 3.000 mètres de profondeur et ses pores sont petits.

La fracturation hydraulique est une technique qui consiste à générer des fissures dans la roche-mère afin de libérer le gaz de schiste. Un forage est entrepris jusqu'à cette roche et les exploitants procèdent alors à une injection d’eau sous très forte pression dans le but de provoquer des fissures. Pour éviter que les pores se referment, l’eau qui est utilisée contient du sable. L’eau et le sable représente 95 % du mélange d’infiltration, le reste est composé de produits chimiques destinés à lubrifier le mélange afin qu’il pénètre plus facilement dans la roche-mère. Cette pratique est interdite en France


Les problèmes environnementaux liés à l’exploitation du gaz de schiste

Les écologistes dénoncent plusieurs problèmes environnementaux liés à l’extraction du gaz de schiste. Selon les scientifiques l’extraction hydraulique est la seule méthode existante pour la prospection de ce gaz. « Je me prononce en fonction de ce qui existe. Actuellement la fracturation hydraulique est la seule technique qui existe et il est avéré que c'est une technique qui pose problème", a expliqué la ministre de l'Ecologie lors d'une plénière intitulée "quel modèle énergétique pour le XXIe siècle".

La consommation d’eau est le premier problème rencontré. Les < a href="/"économies d'énergie lié à l’eau ne sont loin d’être respectueuses pour l’environnement, sachant qu’une fracturation hydraulique compte des millions de m3 d’eau utilisés. Mais les promoteurs de l’exploitation rétorquent qu’une partie de cette eau utilisée peut être recyclée et les nappes aquifères sous-terraines salées son exploitable pour éviter d’utiliser l’eau douce. Le deuxième problème est le risque de pollution (utilisation de produits chimiques) des nappes phréatiques qui sont situées à proximité des puits. Il y a aussi les tremblements de terre provoqués par les fracturations hydraulique.


Mensonge scandaleux des pétroliers selon Durand

Pascal Durand, secrétaire national d’EELV, a qualifié de « mensonge éhonté » le fait que certains groupes pétroliers puissent laisser croire que la prospection de gaz de schiste puisse se faire sans fracturation hydraulique.

"Donc je dis simplement, et je préviens Jean-Marc Ayrault, que le débat aura lieu s'il veut qu'il y ait un débat sur la question des gaz de schiste, mais qu'en l'état des connaissances scientifiques, il n'y a aucune capacité ni faculté de ne pas passer par la fracturation hydraulique qui est interdite dans ce pays et il a dit qu'il ne reviendrait pas là-dessus". A encore affirmé le PDG d’EELV.


Vous souhaitez contribuer au développement durable tout en effectuant des économies?

Utilisez notre simulateur pour calculer les économies d'énergie de votre logement doté d'installations écologiques. C'est gratuit et sans engagement

Je calcule mes économies


Source: vos économies d'énergie.fr