L'avion Solar Impulse a attéri au Maroc

Mardi soir vers 0 h 30 (heure suisse), l’avion Solar Impulse qui fonctionne entièrement grâce à l'énergie issue de panneaux photovoltaïques a atterri à Rabat, en Maroc avec aux commandes le Suisse Bertrand Piccard.


L'attérissage du Solar Impulse a été très acclamé

Le vol entre Madrid et Rabat a duré plus de 19 heures et 8 minutes et a couvert une distance de 830 kilomètres. À l’atterrissage, le pilote, Bertrand Piccard paraissait épuisé, mais néanmoins ravi de poser un pied-à-terre. Il a été accueilli par les hauts responsables de l'Agence marocaine de l'énergie solaire (MASEN) et son épouse, Michèle. Par ailleurs, les responsables aéroportuaires marocains ont aménagé un aérogare spéciale protégée par un grand dispositif policier. L’atterrissage de Solar Impulse a été suivi par les organisateurs du vol, divers responsables marocains et des dizaines de personnes.


Le Solar Impulse est une avancée considérable pour les énergies renouvelables

Le pilote suisse Bertrand Piccard a notamment confié à sa fille « Je suis très ému. Les Marocains ont tellement bien préparé ce vol... Je suis ravi pour eux et je les remercie », en ajoutant que « Le Maroc s'engage avec beaucoup d'ambition dans le développement des énergies renouvelables. Nous admirons cet effort ». À noter que la jeune femme a suivi le vol depuis la Suisse. Son épouse Michèle, tout aussi émue, a déclaré que « C'est l'aboutissement d'un rêve, un rêve devenu réalité. Je suis heureuse ».

Pour rappel, le Solar Impulse avait décollé en silence de l'aéroport espagnol de Madrid-Barajas mardi matin vers 5 h 22. Ses batteries étant chargées à plein par le soleil. À 16 h 32, l'avion ultraléger, piloté par le cofondateur du projet, a franchi le détroit de Gibraltar long de 14 kilomètres qui sépare l'Europe de l'Afrique. Selon l'Agence MASEN, toutes les conditions étaient favorables pendant la traversée. Pour sa part, le président du directoire de MASEN, Mustapha Bakkoury a déclaré que l’atterrissage tout comme le départ est « un événement historique ». Pour rappel, le président comptait parmi les délégations qui accueillaient le pilote à sa descente de l’avion lors de l’atterrissage du Solar Impulse.

L'atterrisage au Maroc comme un symbole

À noter que l’avion révolutionnaire s’est rendu au Maroc à la suite de l'invitation du roi Mohammed VI et de MASEN. L’invitation est tombée pile au bon moment puisqu’elle a coïncidé avec le lancement de la construction de la plus grande centrale thermo-solaire du monde dans la région d’Ouarzazate. Par ailleurs, cette traversée a permis à l’équipage du Solar Impulse de tester la puissance de l’appareil dans le cadre du trafic aérien international.

Les responsables de l'aéroport de Rabat ont stipulé que le Solar Impulse « se reposera maintenant à Rabat durant cinq jours avant de s'envoler de nouveau pour Ouarzazate », au sud de Maroc, à la veille de l'inauguration de l'installation thermo-solaire.


La puissance du Solar Impulse demeure limitée

Peu de temps après que l’avion ait décollé mardi, Bertrand Piccard partageait à l’ATS par téléphone que ce premier vol de mission était comme une récompense. Le pilote suisse était plus qu’enthousiasmé d’être à la commande d’une merveille pareille. De plus, le décor était parfait puisque l’avion était accompagné par la pleine lune.

Des conditions de vol difficiles pour le pilote

Après plus de douze heures de vol, l'appareil avançait à 70 km/h, à plus de 8700 mètres d'altitude et dans un air glacial pouvant atteindre -29 degrés Celsius imposant à Bertrand Piccard d’avoir recours à un masque à oxygène pour respirer. Par ailleurs, une caméra était placée à bord de Solar Impulse pour enregistrer toutes les images du vol pendant la journée. Ces images étaient ensuite relayées sur le site internet du projet. Parti de Payerne (VD) le 24 mai dernier, le Solar Impulse faisait escale le lendemain à Madrid. Toutefois, un vent fort l’avait empêché de redécoller pour le Maroc.


Les quatre moteurs électriques sont alimentés par des panneaux photovoltaïques

Solar Impulse est le premier engin qui a été conçu pour pouvoir voler de jour comme de nuit sans carburant ni émissions polluantes. Le vol de mardi était un test clé, prélude à ce que sera le tour du monde prévu en 2013. Conçu avec de la fibre de carbone et muni de quatre moteurs électriques d'une puissance de dix chevaux chacun et alimenté par des panneaux photovoltaïques qui couvrent ses ailes, le Solar Impulse est résolument un avion révolutionnaire. Durant la journée, l'énergie photovoltaïque est stockée dans les batteries, ce qui permet à l'avion de ne pas manquer de carburant la nuit. Immense, le Solar Impulse se rapproche de l'envergure d'un Airbus A340 (63,4 mètres) et pèse plus de 1,6 tonne. En 2003, plus de 70 personnes et 80 partenaires se sont ralliés à la conception de cet avion qui pourrait marquer un tournant dans le progrès au vu des nombreuses économies d'énergie potentiellement réalisables

Il a fallu plus de sept années de travail pour mettre au point cet appareil en fibre de carbone. À noter que plus de 90 millions d'euros (environ 110 millions de francs) ont été alloués à la construction de cette petite merveille sur dix ans. Parmi les concepteurs du Solar Impulse se trouvent le groupe chimique belge Solway et des ingénieurs du fabricant suisse d'ascenseurs Schindler.


Vous souhaitez réduire considérablement votre facture d'électricité grâce à l'énergie solaire?

Calculez gratuitement vos économies d'énergie liées à l'acquisition de panneaux photovoltaïques.

Je calcule mes économies


Source: vos économies d'énergie.fr