L'eau: défi du 21ème siècle

L’eau, défi du 21ème siècle

L’eau, ressource naturelle, est indispensable à la survie de toutes les espèces, qu’elles soient animales, végétales ou bien sûr humaines. Chaque année, nous sommes 80 millions d’êtres humains en plus dans le monde. Face à la population croissante, la demande en eau douce ne cesse donc d’augmenter. Si dans les pays occidentaux, nous bénéficions d’une qualité et d’une quantité d’eau satisfaisantes, certaines régions souffrent d’un approvisionnement et d’un assainissement insuffisants. État des lieux d’une ressource essentielle à la vie.

L’eau dans les pays industriels

Les zones tempérées et industrialisées profitent d’un large bassin d’eau douce, traitée et distribuée à l’ensemble de la population. L’eau courante et potable est disponible pour tous ou presque en tournant un simple robinet. Devant l’abondance apparente et la simplicité d’accès à l’eau, les gaspillages sont nombreux: des campagnes de communication commencent à voir le jour pour sensibiliser le grand public sur la valeur de l’eau, notamment pendant les grosses chaleurs.

La consommation domestique ne représente cependant que 10% de la consommation totale : l’agriculture intensive, principal utilisateur, en absorbe 70% pour les cultures et l’élevage industriels. Une dépendance qui, malgré les progrès techniques, la laisse particulièrement vulnérable face aux sécheresses estivales. Dans ce secteur aussi, les recherches avancent pour limiter les besoins en eau.

L’eau dans les pays en développement

Depuis juillet 2010, l’accès à une eau de qualité a été reconnu par l’ONU comme un droit fondamental humain. Pourtant, de grandes disparités subsistent : dans les pays en développement, 2,7 milliards de personnes souffrent d’un approvisionnement en eau insuffisant ou d’installations d’assainissements précaires.

De plus, la grande majorité des maladies qui sévissent dans ces régions sont transmises par l’eau sale, à l’origine de près d’1,7 millions décès par an.

Les enjeux du 21ème siècle

Notre planète est composée à 70% d’eau, mais la presque totalité étant salée ou souterraine, seul un très faible pourcentage (de 1 à 2%) peut être utilisée. Ainsi, près de la moitié de la population mondiale risque, dans les vingt ans à venir, d’être confrontée à d’importants stress hydriques ; cela signifie que la demande en eau sera en passe d’excéder les réserves  à disposition.

Mais si le manque d’eau peut être à craindre, c’est surtout sa qualité qui présente les plus grands dangers : l’enjeu est ici de mobiliser les autorités publiques, les acteurs économiques et la population locale pour assainir toute la filière de l’eau dans les pays en développement et limiter la forte pollution dans les régions industrialisées.

L’agriculture doit, quant à elle, relever un double défi : alimenter une population mondiale en constante croissance et préserver les ressources en eau. Un gain de productivité allié à des méthodes plus économes en eau et une meilleure gestion à l’internationale font partie des clés pour s’adapter aux changements tout en respectant l’environnement.

Enfin, l’eau est un facteur économique non négligeable : énergie renouvelable à fort potentiel avec notamment l’hydroélectricité, elle permet à des régions en développement de produire une électricité locale. Plus de 300 districts chinois ont ainsi vu leur PIB doublé grâce à leur électrification.

Au 21ème siècle, l’eau est devenu un défi pour le monde : celui de préserver, assainir et mieux répartir la plus importante ressource naturelle de notre planète.

Source: Vos Économies d'Énergie.fr