La fin du tout-voiture est une étape importante de la transition énergétique

Vers le début du mois de mars, le débat national sur la transition énergétique est entré dans une autre dimension. En effet, les discussions sont rudes alors que le sujet devrait aboutir sur la création d’un projet de loi sur la transition énergétique en automne 2013. Par ailleurs, le président, François Hollande vient de fixer un objectif à atteindre pour la France, celui de faire du pays une nation de l’excellence environnementale.

La transition énergétique au regard de la mobilité

Diverses questions se posent aujourd’hui : est-il possible de renoncer définitivement à la consommation d’essence ? La transition énergétique devra-t-elle conduire à une ville sans voiture, du moins personnelle ? Existe-t-il des solutions qui permettraient d’améliorer les déplacements tout en réduisant la consommation d’énergie ?

Ces interrogations ont toutes un sens dans la mesure où elles se posent actuellement au centre de la politique urbaine. D’autres questions tout aussi pertinentes viennent mettre du sel dans la situation. En effet, les questions tournant autour de la réduction d’utilisation de la voiture sur la route au profit d’autres modes de transports se veulent de plus en plus pressantes. La création d’espace urbain de courte distance pour que les conducteurs puissent accéder plus facilement aux équipements et aux commerces sans forcément recourir à leurs voitures a également été avancée. Par ailleurs, il a été démontré que le fait de créer des PLD (Plans Local des Déplacements) tournés vers la mobilité durable devrait permettre d’intégrer de nouveaux modes de transports à la ville et de réaliser des économies d'énergie

Des choix difficiles en terme d'économies d'énergie

Les choix s’avèrent très difficiles dans la mesure où ils impliquent une remise en cause de la politique du tout-voiture, ce qui ne plait pas forcément à tout le monde. Dans une étude faite par Frédéric HERAN (IFRESI-CNRS) sur les déplacements urbains publiée en 2000, ce dernier avait avancé que le monde de la politique ne prenait pas le souhait des habitants comme il le faudrait. En effet, habitants et élus sont du même avis concernant le développement d’une nouvelle mobilité toutefois, les élus s’imaginent que leurs administrés veulent encore conserver une ville du tout-voiture. Cela implique qu’il devient indispensable de mettre en place une démarche de concertation sur ces questions afin que les habitants puissent partager leurs avis et réfléchir eux-mêmes à de nouveaux transports.

Le développement durable du tout-voiture a pu être fait en même temps pour toutes les villes, rurales ou urbaines. En effet, vu que la voiture s’intègre partout, la mobilité durable doit également être adaptée à son contexte. L’investissement des transports est désormais assuré par la force publique et non plus par l’habitant qui avait accepté d’investir parce qu’il était fier d’avoir une voiture et parce qu’on l’avait encouragé à prendre des initiatives afin de répondre au mieux à ses besoins.

Un avenir meilleur et des économies d'énergie

Ces deux points expliquent que la force publique ait tant de difficulté à développer une nouvelle mobilité. L’état et les régions ont du mal à investir et les collectivités doivent réinventer une politique de déplacements propres à leur territoire. Les habitants quant à eux, devront donner leurs avis pour que le développement se passe de la meilleure manière possible. C’est un effort de titan si on le compare avec la facilité qu’a connue le développement de la politique de la voiture. Et pourtant, les avantages sont nombreux entre la réduction des temps de trajets, l’amélioration de l’espace urbain qui est actuellement pollué par la voiture, l’effort physique régulier, la réduction des couts de déplacement, les économies d'énergie et l’avantage de se détendre dans des transports publics adaptés.

À cet effet, les collectivités devront construire une ville plus saine et plus engagé dans le développement durable. Ils devront également s’engager dans une réforme de tous les modes de déplacements. Pour que le projet aboutisse, il faudra qu’il soit élaboré en étroite collaboration avec les habitants qui devront être informés des diverses alternatives. De plus, leurs avis devraient être pris en compte pour l’amélioration de la situation actuelle. En effet, la concertation sur la mobilité devra aboutir à la territorialisation de nouvelles solutions de mobilité.


Source : Vos économies d'énergie.fr