La hausse des émissions de gaz à effet de serre continue

Des rapports publiés par différentes organisations ont tous révélé le même constat sur l’accroissement de l’émission de gaz à effet de serre qui affaiblie la réussite de la limitation de la hausse des températures à 2°C.

Lors du sommet sur le climat de Copenhague en 2009, 192 pays membres de l’ONU se sont engagés à déployer des efforts pour limiter l’augmentation des températures à moins de 2°C. Cependant le fossé ne cesse de se creuser entre la diminution de l’émission de gaz à effet de serre et les efforts mis en place.


Réchauffement climatique : Trois rapports et un seul constat

Trois organisations dont la Banque mondiale, l’Organisation météorologique mondiale et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) ont publié chacun des rapports pour relater le même fait. Ils ont constaté que le monde ne réussira pas son pari de limiter le réchauffement climatique.

La Banque Mondiale a été la première à donner son verdict en avançant que la hausse moyenne des températures de 4°C est inévitable dès 2060 si les gouvernements ne s’activent pas d’ici là. Cette augmentation de la température provoquerait des bouleversements climatiques. Les auteurs du rapport ont affirmé « Un monde à plus de 4°C déclencherait une cascade de cataclysme ».

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a également publié le résultat de leur analyse. Elle a appuyé le verdict de la Banque Mondiale sur le fait que « les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ont battu de nouveaux records en 2011 ». Cette même organisation rapporte que depuis le début de l’ère industrielle en 1750, 375 milliards de tonnes de dioxyde de carbone ont été émises dans l’atmosphère.


Gaz à effet de serre = réchauffement climatique

D’après Michel Jarraud, secrétaire générale de l’OMM, ces gaz à effet de serre vont mettre des siècles pour se dissiper et contribueront au réchauffement de la planète. Ce qui aura des conséquences sur tous les aspects de la vie sur la Terre. Sur la totalité de CO2 émis dans l’atmosphère, la moitié sera absorbée par la biosphère terrestre et particulièrement les forêts et les océans qui s’acidifient et l’autre moitié reste dans l’atmosphère.

Le troisième rapport a été dévoilé par le Programme des Nations Unies pour l’environnement. Il a également tenu à alerter le monde sur le réchauffement de la planète et les dangers de ses effets sur l’environnement.


Des solutions sur le long terme

Face à cette situation critique, le PNUE a proposé des solutions dont la réduction de la consommation d’énergie et la lutte contre la déforestation. Cette baisse de la consommation énergétique doit être opérée dans le secteur du bâtiment et celui du transport.

Ces trois rapports seront discutés à la 18e conférence des parties sur le climat à Doha, au Qatar. A l’issu de ce débat devrait conclu un accord entre les pays membres de l’ONU qui devrait entrer en vigueur en 2020. Cet accord devrait porter sur les efforts pour diminuer l’émission de CO2 dans l’atmosphère et la limitation du réchauffement planétaire à 2°C.


Source : vos économies d’énergie.fr