La réduction du nucléaire à 50% est-elle vraiment possible?

Lors du Grenelle de l'environnement, la France s'était engagée à réduire la part de nucléaire dans la production d'électricité à 50% d'ici à 2025. Il faut savoir qu'actuellement, cette part est de 78%. Pour la société Réseau de Transport d'Électricité (RTE), cette diminution est réalisable mais pour cela il faudra respecter certaines conditions.

A la veille de la conférence environnementale qui aura lieu les 14 et 15 septembre prochains, les interrogations sur le nucléaire sont toujours très présentes. En effet, après la catastrophe de Fukushima, le monde entier semble vouloir reconsidérer le nucléaire, et certains pays ont déjà commencé à démanteler leurs centrales. C'est le cas notamment de l'Allemagne et du Japon qui ont choisi de laisser le nucléaire derrière eux pour privilégier le développement des énergies renouvelables comme l'énergie solaire (panneaux photovoltaïques) ou l'énergie cinétique ( éolienne domestique).


Le RTE estime que pour atteindre cet objectif, il y a certaines conditions

Améliorer la performance énergétique des logements

François Hollande avait assuré aux français lors de la présentation de son programme que le pays verrait la part du nucléaire diminuer pour atteindre 50% en 2025. Aujourd'hui, nous sommes en droit de nous interroger si cette promesse peut être tenue ou non. D'après le RTE, c'est envisageable mais sous certaines conditions. Celles-ci sont expliqué par l'entreprise à travers un scénario appelé "Nouveau Mix" . Tout d'abord, il serait indispensable que la consommation française d'électricité augmente annuellement de +0,3% pour permettre ainsi d'accroître la mise en place de nouvelles technologies. Grâce à celles-ci, la France bénéficierait d'un meilleur rendu énergétique et ferait plus d'économies d'énergie donc aurait moins besoin de l'énergie nucléaire. Parmi ces nouvelles technologies, le scénario fait référence à la hausse des installations de pompe à chaleur eau eau (équipements qui fonctionnent grâce au principe de la géothermie), à une augmentation de l'utilisation de LED et à de grands travaux chaque année comme la rénovation thermique de 400 000 habitats.

Développer les énergies renouvelables

Par ailleurs, un développement accéléré des énergies renouvelables semble indispensable. En effet, aujourd'hui en France, la part des énergies renouvelables pour la production d'électricité n'est que de 13%, il est primordial qu'elle augmente rapidement. L'objectif serait qu'elle atteigne 33,6% en 2025. Le RTE considère que c'est surtout l'énergie éolienne qu'il faudrait développer pour qu'elle produise 32,5 GW en 2025 (en 2012, l'énergie éolienne française a une capacité de 6,7 MW). Il est aussi important de relancer le secteur des panneaux photovoltaïques (premier pallier à atteindre en 2017: une capacité de 5 GW)

Investir dans les réseaux électriques

Pour M. Maillard, Président du directoire de RTE, la troisième condition est essentielle et consiste à investir de manière conséquente dans les réseaux électriques français. Il faut impérativement rendre plus performants les réseaux de transport électrique et les interconnexions (les réseaux qui permettent à la France de s'alimenter en électricité dans d'autres pays européens). Il explique que "La capacité maximale d’import devrait être portée à 18 gigawatts, il faudrait donc réaliser, dans les 15 prochaines années, trois plus d’interconnexions que ce qui a été fait ces 20 dernières années.", tout en soulignant que malheureusement les démarches administratives sont souvent très longues (établir une ligne à très haute tension peut prendre une dizaine d'années).

Le "Nouveau Mix" fait état d'une dernière condition: il faudra que les français acceptent que de nouvelles lignes électriques s'installent au-dessus de leur toit et que de plus en plus d'éoliennes viennent fleurir les campagnes. Enfin, le scénario ne fait pas référence à des données financières chiffrées mais mesure bien qu'il y aura sans aucun doute des difficultés de financement pour l'application de ces conditions.


Promouvoir les économies d'énergie

Au-delà d'un changement radical des moyens de productions d'électricité, il convient de réaliser qu'un des points clés pour que la transition énergétique soit effective est tout d'abord de réduire sa consommation d'électricité. Pour cela, il est nécessaire que les mentalités changent pour intégrer progressivement la nécessité de faire des économies d'énergie au quotidien.

Pour discuter de la réduction du nucléaire et de la mise en place d'une politique d'économies d'énergie, il va y avoir prochainement une conférence environnementale (les 14 et 15 septembre). Cette conférence fait suite au Grenelle de l'environnement et a été organisée par le ministère de l'Écologie. Son objectif premier est de "définir la méthode du grand débat national sur la transition énergétique" et de répondre ainsi aux doutes qu'il peut y avoir concernant le nucléaire. Il devrait y être question du démantèlement de la centrale de Fessenheim mais aussi des moyens à mettre en oeuvre pour développer les énergies renouvelables et faire de plus en plus d'économies d'énergie.


Vous souhaitez calculer vos économies d'énergie grâce à la construction écologique ?

Je calcule mes économies

Source: vos économies d'énergie.fr