La sécheresse devient préoccupante pour les nappes phréatiques

Une sécheresse frappe la France depuis l’automne 2011

Mercredi 11 avril, le Ministère de l’Écologie a exprimé son inquiétude face à la sécheresse qui touche la France actuellement. Il s’est exprimé lors d’une réunion de la commission de suivi hydrologique où figuraient des gestionnaires de l'eau, des élus et des scientifiques. Selon le ministère, l’automne 2011 et l’hiver 2011-2012 ont été plus secs qu’habituellement et la pluie s’est faite très rare. Le déficit pluviométrique est évalué à 25 %. Le record historique date cependant de 1973 avec un déficit de 28 %. Les régions méditerranéennes ont été épargnées.

Les nappes phréatiques souffrent de la sécheresse

La commission précise que le quart sud-ouest de la France est principalement touché par cette sécheresse. En effet, ces régions frôlent les records historiques d’absence de pluie depuis un demi-siècle. En conséquence, le niveau des nappes phréatiques est assez préoccupant.

La pluie printanière ne permettra pas d’élever les nappes phréatiques à son niveau optimal. En effet, la pluie printanière est généralement absorbée par les plantes et les arbres. Aucun surplus de pluie n’alimentera donc les nappes phréatiques. Les quelques pluies qui sont tombées durant ces derniers jours auront pour rôle de dessécher un peu les sols dans les régions les plus touchées par la sécheresse.

Sécheresse : l’absence de pluie touche principalement l’ouest de la France

Dans les Midi-Pyrénées, le déficit pluviométrique de la région s’élève à 35 % d’après les calculs de MétéoFrance. Plus alarmant encore, autour de Toulouse, le déficit pluviométrique atteint 60 % en mars.

Après les économies d‘électricité cet hiver, certaines régions en appellent à faire des économies d’eau. C’est le cas par exemple du Loire-Atlantique qui a exigé des restrictions d’eau pour le nord du département, depuis le début du mois. Ainsi, le réseau public d’eau potable ne peut plus être utilisé pour arroser les jardins, laver les voitures ou encore nettoyer les terrasses.

Il en est de même pour le département de l’Hérault dans la région du Languedoc-Roussillon. Le déficit pluviométrique a atteint 90 % par rapport à la normale sur la période 1971-2000. Ainsi, depuis le mois dernier, les habitants doivent économiser l’eau en évitant d’arroser les jardins. De même, les lieux publics comme les terrains de sport ne peuvent plus se servir de l’eau pour arroser.

La récupération d’eau de pluie pour faire une économie d’eau

En période de sécheresse, il est encore plus important d’économiser l’eau. Il existe plusieurs solutions pour faire des économies d’eau : mettre des réducteurs de débit d’eau sur les robinets ou encore récupérer l’eau de pluie. La récupération d’eau de pluie permet de se constituer une réserve en eau. L’eau de pluie est récupérée via un système installé sur les gouttières, elle est filtrée puis emmagasinée dans une cuve. La récupération eau de pluie permet par exemple d’arroser son jardin durant les périodes de sécheresse.


Calculez vos économies d’énergie en installant un récupérateur d’eau de pluie, essayez notre simulation récupération eau de pluie gratuitement et sans engagement.

Source : Vos économies d’énergie .fr