Le développement durable et les économies d'énergie sont une priorité des Nations Unies

Lors du lancement d'un document présenté par un groupe consultatif dirigé par l'économiste Jeffrey Sachs, le président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Vuk Jeremic a déclaré que « Le développement durable est le défi majeur du 21e siècle ».

Un projet ambitieux pour le développement durable et les économies d'énergie

Le président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Vuk Jeremic, vient de déclarer que les Etats membres devront se pencher sur la réalisation du développement durable s’ils souhaitent résoudre les principaux problèmes de la planète, tels que l'instabilité économique, la pauvreté et les inégalités sociales. Le document qui vient d’être partagé s’intitule notamment « L'Organisation des Nations Unies à l'ère du développement durable » et revient sur les principaux problèmes remarqués à l’échelle mondiale et propose diverses initiatives intéressantes qui permettraient de les surmonter. M. Jeremic a également ajouté qu’aucun pays ne peut affronter seul ses problèmes et ne peut espérer trouver des solutions concrètes qu’en optant pour le développement durable. En incitant les États membres à se serrer les coudes pour trouver les solutions les plus adéquates, le président de l'Assemblée générale des Nations Unies œuvre pour le bien de l’humanité entière. Il a d’ailleurs déclaré qu’avec cette association « peut-être pour la première fois dans l'histoire, nous pouvons vraiment dire que nous sommes dans le même bateau. »

Les efforts déjà faits pour favoriser le développement durable doivent être soutenus

La commission énonce dans le document que l’heure est venue de ne plus s’apitoyer sur notre sort, mais de faire face aux problèmes et de chercher comment les résoudre. Elle clame également que malgré les nombreuses crises rencontrées par le monde, les efforts devront être soutenus.

L'ONU sera le premier à faire des efforts pour mettre en place le développement durable. Dans cette entreprise, elle sera soutenue par toutes les parties concernées, à savoir les organisations non gouvernementales, le secteur privé, les centres de recherches, les universités, les institutions financières internationales ainsi que les organes des Nations Unies.

L’on note diverses propositions spécifiques dans le document qui vient d’être partagé comme la mise en place de nouvelles commissions permanentes qui travailleront de concert avec l'Assemblée générale et le Forum politique. Le but de cette collaboration est notamment de faciliter les étapes qui mèneront à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD). Les trois parties devraient par la suite partager des recommandations efficaces qui permettraient de les mettre en œuvre plus rapidement et plus facilement.

Le président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Vuk Jeremic, a tenu à noter que le projet, dans son ensemble, est un processus mené par les États membres, qu’il sera certes démocratique, mais qu’il devra avoir l’aval de l'Assemblée générale avant d’être mis en œuvre. Il estime également que l’adoption d’une déclaration universelle du développement durable serait une bonne idée dans la mesure où cela permettrait d’affirmer le rôle des ODD mais aussi de les sensibiliser. En partageant le document et en expliquant au mieux son projet, le président de l'Assemblée générale des Nations Unies espère voir l’adhésion de toutes les nations du monde d’ici 2015.


Source : Vos économies d'énergie.fr