Pollution de l'air des logement: le rôle primordial des VMC dans l'aération

Etude de l’observatoire de la qualité de l’air intérieur

Selon une étude de l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI), l’air de nos logements serait pollué par de multiples sources. Or, en moyenne, les individus restent 80% de leur temps dans un environnement clos.

Selon l’OQAI, les principales sources polluantes recensées sont :

  • Les bio-contaminants comme les allergènes d’animaux domestiques qui peuvent entrainer des allergies et de l’asthme.
  • Les composés chimiques comme le monoxyde de carbone qui émane des appareils de chauffage et de production d’eau chaude. Ils peuvent entraîner des maladies cardio-vasculaires et neurologiques.
  • Les particules fines qui émanent du tabac, de la cuisine et du ménage qui peuvent entraîner des maladies respiratoires.
  • Les irradiations naturelles comme le radon qui peuvent entraîner des cancers.

De plus, un tiers des ménages auraient observé des traces d’humidité et de moisissures durant les douze derniers mois de l’enquête.

L’Observatoire de la qualité de l’air intérieur

L’Observatoire de la qualité de l’air intérieur est un organisme missionné par les pouvoirs publics dans le cadre du Plan National Santé Environnement. Il a été créé en Juillet 2001. Il a pour but de collecter des informations sur les polluants présents dans les bâtiments tels que les logements, les bureaux ou les transports pour mettre en place des systèmes de prévention de santé publique.

La ventilation est primordiale dans un logement

Cette étude montre que la ventilation est primordiale dans un logement. Il est nécessaire d’évacuer tous les polluants qui affectent l’air intérieur. De plus, les maisons ou les appartements ayant une bonne isolation sont les plus aptes à être touchés par la pollution intérieure. En effet, le logement est étanche donc il n’y a pas de renouvellement de l‘air. Selon l’OQAI, les maisons basses consommations sont notamment touchées.

Des économies d’énergie à réaliser

Selon l’OQAI, 38% des ménages ouvriraient leur fenêtre de cuisine plus d’une demi-heure par jour en période de chauffage et 51 % des ménages ouvriraient les fenêtres des chambres plus d’une demi-heure par jour en période chauffage. Ces pratiques entraînent des surconsommations de chauffage et des gaspillages d’énergie. A l’heure où les ONG deviennent alarmistes concernant le changement climatique, la surconsommation de chauffage ne fait qu’empirer le réchauffement climatique.

Aérer son logement: de nombreuses solutions existent comme la VMC

Pourtant, de nombreuses solutions existent pour faire des économies d’énergie. Par exemple la ventilation VMC ou ventilation mécanique contrôlée permet d’aérer le logement sans ouvrir les fenêtres. Ce sont des systèmes d’aération qui permettent de renouveler l’air du logement constamment par rapport à la pression du logement ou par rapport au taux d’humidité.

L’OQAI préconise de bien entretenir la VMC. Une révision devrait être faite par un professionnel tous les trois ans. De plus, il faut veiller à ne pas boucher les entrées et sortir d’air, par exemple en installant un meuble devant.

Source: voseconomiesdenergie.fr