Six mois pour colmater la fuite de gaz de la plateforme Total

La fuite de gaz qui a frappé une des plateformes de Total au large de l’Écosse n’est toujours pas maîtrisée. Selon les experts du groupe, il faudra six mois pour la colmater.

Fuite de gaz sur une plateforme de Total

Dimanche 25 mars, Total a détecté une fuite de gaz sur une de ses plateformes maritimes, la plateforme Elgin Franklin en mer du Nord, à 240 kilomètres à l'est d'Aberdeen en Ecosse. Ainsi, 238 employés ont été évacués par hélicoptère sur la terre ferme, par mesure de sécurité, pour éviter la catastrophe meurtrière de Piper Alpha. Ensuite, l’alimentation électrique a totalement été coupée. Depuis, la plateforme est livrée à elle-même.

Peu de progrès quatre jours après l’incident

Mercredi 28 mars, Total ne contrôlait toujours pas la situation car les causes de la fuite ne sont pas encore connues. Cependant, les ingénieurs connaissent la localisation de la fuite : celle-ci viendrait du puits G4 qui avait été fermé à cause de « certains problèmes ». Cependant, il serait trop périlleux pour les techniciens d’intervenir directement sur la plateforme. En effet, celle-ci est entourée d’un nuage de gaz à haute pression (1100 bars) et à haute température (190 ºC).

De lourdes conséquences économiques pour Total

La plateforme de Total produisait neuf millions de mètres cubes de gaz quotidiennement, soit 3% de la production britannique de gaz naturel ou 60 000 barils par jour de brut léger. Les pertes de production devrait donc être importantes.

Ceci a des conséquences sur les cours de la Bourse. Ainsi, depuis mardi 27 mars, l’action de Total a perdu 6 % de sa valeur et la capitalisation boursière a diminué de 9 milliards de dollars, selon le Financial Times.

Fuite de gaz de total : quel impact environnemental ?

La fuite de gaz devrait prendre six mois pour être colmatée. Total a précisé que pour ce faire, il fallait creuser un puits de secours. Selon les experts de Total, la fuite de gaz n’aura pas de conséquences graves en matière de pollution. Cela est dû aux propriétés du gaz qui s’évapore dans l’atmosphère. Le Ministre britannique a indiqué qu’il s’agissait d’une catastrophe moins grave que les marées noires de pétrole.

Cependant, une zone d'exclusion maritime de 3 kilomètres et une aérienne de 5 kilomètres ont été mises en place autour de la plateforme. La plateforme voisine appartenant à Shell a également dû être évacuée.

Des irisations ont été constatées à la surface de la mer. Selon Total, cela est provoqué par les boues de forages et par des produits légers.


Pour faire une économie de gaz ou de fioul, pensez au chauffage écologique.

Source : Vos économies d’énergie .fr