En marche vers la RT 2012

La nouvelle réglementation thermique des bâtiments (RT 2012) va entrer en vigueur en octobre prochain. Quels changements attendre.

RT 2012 : une nouvelle réglementation ambitieuse et source de bouleversements.

150 milliards de kilowattheures (kWh) économisés et 13 à 35 millions de tonnes de CO2 évitées sur la période 2013-2020. Ce sont les gains environnementaux que devrait permettre de générer la réglementation thermique 2012. Issue des débats du Grenelle de l'environnement, cette nouvelle réglementation thermique a pour objectif de limiter davantage les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu’ils soient pour de l’habitation (résidentiel) ou pour tout autre usage (tertiaire), publics ou privés.

Innovation : un objectif de consommation unique quelle que soit la forme du bâtiment.

Jusqu’à présent, les différentes RT se calaient tous les 5 ans autour de 10,15 à 20 % de réduction des consommations en exprimant la valeur à respecter par rapport à un bâtiment de référence. L’objectif en kWhep/m2 (kWh d'énergie primaire par m2 de surface hors œuvre nette ou SHON) dépendait ainsi de nombreux paramètres propres au projet (forme du bâtiment, détail des installations…). De ce fait, la consommation en énergie primaire à respecter pouvait varier fortement d’un bâtiment à l’autre. La RT 2012 définie désormais une exigence globale en consommation d'énergie primaire en valeur absolue fixée pour tous les bâtiments neufs à 50 kilowattheures d'énergie primaire par mètre carré et par an (kWh/m2/an), soit l'actuelle norme Bâtiment Basse Consommation (BBC) contre 150 kWh/m²/an en moyenne avec la RT2005.

"Avec la RT 2012, l'exigence s’exprimera différemment", expliquait Jean-Robert Millet, responsable de la division Énergie au CSTB en septembre 2009. "Le coefficient de référence calculé à partir des détails du bâtiment sera remplacé par une valeur absolue, indépendante de la forme du bâtiment. Le gain par rapport à 2005 sera d'au moins 50% (et pourra varier fortement d'un bâtiment à l'autre)".

Porter plus d’attention à la conception du bâti

Afin d’être conforme à la future RT 2012, un bâtiment neuf devra respecter trois exigences globales représentées par trois coefficients :

  • Le Besoin Bioclimatique (BBio),
  • La Consommation (Cep) et
  • La Température intérieure de consigne (Tic).

De manière simplifiée, le nouveau coefficient BBio correspond aux besoins en énergie selon les composantes liées au bâti (chauffage, refroidissement et éclairage). Une exigence d’efficacité énergétique minimale est introduite : le Bbio du bâtiment considéré doit être inférieur à une valeur maximale Bbiomax. "Le Bbio est une innovation majeure de la RT 2012. Il valorise la qualité intrinsèque de la conception du bâti. La démarche bioclimatique optimise entre autres l’orientation, les apports solaires, l’éclairage naturel, le niveau d’isolation, l’inertie, la compacité et la mitoyenneté", explique l'ADEME dans une brochure parue en avril 2011.

Le coefficient C ou Cep caractérise la consommation d'énergie primaire du bâti : il doit être inférieur à une valeur maximale Cepmax. Cinq usages sont pris en compte pour son calcul : chauffage, production d’eau chaude sanitaire, refroidissement, éclairage, auxiliaires (ventilateurs, pompes).

L'indice Tic caractérise quant à lui la température intérieure conventionnelle du bâtiment qui correspond à la température intérieure atteinte au cours d'une séquence de 5 jours chauds inférieurs à 26°C. Le Tic du bâtiment doit être inférieur à une valeur de référence Ticref .