L’immobilier d’entreprise se réinvente en plus écologique

Le Grenelle de l’environnement a bouleversé le domaine de l’immobilier. D’ici quelques années, les bureaux vont être réhabilités pour entrer dans le contexte du plan énergétique énoncé dans la nouvelle réglementation thermique dans le bâtiment.

Parmi les grandes villes de la France, Bordeaux a pris des longueurs d’avance. D’après le maire de Bordeaux, Alain Juppé, il va faire de sa ville une métropole durable. D’ici à 2030, il pense que la communauté bordelaise va passer de 750.000 habitants à un million tout en tenant compte de la dimension écologique.

Dans cette ville les quartiers d’avenir, les éco-quartiers, les résidences BBC (bâtiment basse consommation), HQE (haute qualité environnementale) ne cessent d’augmenter. Selon Alain Triaud, un architecte bordelais « Le Grenelle de l’environnement et la nouvelle réglementation thermique RT 2012, qui a les mêmes exigences que le label BBC, ont ouvert une nouvelle ère dans la construction ».


La consommation d’énergie devenu un critère de choix

Aujourd’hui les entreprises à la recherche de nouveaux locaux accorde plus d’importance à la consommation d’énergie du bâtiment. Dans une analyse publiée par Philippe Barrieu, président de Tourny Meyer à Bordeaux, il a affirmé que le choix de la consommation énergétique est devenu un souci majeur des entreprises dans le choix d’un bâtiment. Ce qui fait qu’elle est montée au même rang que l’emplacement. La hausse prochaine du tarif de l’électricité est la principale raison de ce fait.

Ce phénomène pourrait être à l’origine de la dévalorisation des constructions antérieures à la RT 2005, voire même 2010, ce qui nécessite des travaux de rénovation pour améliorer son efficacité énergétique pour séduire à nouveau les sociétés locataires. En effet, près de 90% du parc à Bordeaux est touché par cette situation.


De nouveaux projets pour réduire les besoins énergétiques

Actuellement, l’hôtel de la communauté urbaine de Bordeaux est en pleine réhabilitation. Les travaux réalisés sur ce bâtiment datant de la fin des années 1970 devraient prendre fin en 2015. À la suite de cette rénovation, les besoins en énergie de ce bâtiment devraient être réduits de moitié grâce à la gestion technique centralisée qui permet de contrôler la consommation énergétique de tout le bâtiment.

L’architecte et ingénieur Franck Boutté travaille aussi sur un projet pour le développement durable relatif au partage des ressources énergétiques. Il envisage de mutualiser les énergies du Musée des beaux-arts, qui se trouve près de la future cité municipale de Bordeaux.

Son projet baptisé « solidarité performantielle » porte sur le ravitaillement en froid de l’air conditionné du musée avec la pompe à chaleur de la cité municipale durant la période estivale.


Un modèle écologique

Dans le contexte de ce modèle écologique, Bordeaux s’apprête à vivre une nouvelle ère. En effet, la ville s’est lancée récemment dans le projet Euratlantique. Cette opération d’intérêt national devrait être bâtie sur une surface de 735 hectares en milieu urbain, dont 500.000 m² de bureaux et 15.000 logements. Selon Touton, adjointe à l’urbanisme à la mairie de la ville, ce nouveau plan favorisera la mixité fonctionnelle avec des bureaux et des habitations.

Sur le plan de la réduction des besoins énergétique, des études sur la mutualisation du chauffage entre les bureaux et les habitats sont en cours. Les efforts dans les bâtiments écologiques sont insuffisants, ils doivent être accompagnés des bons gestes écologiques comme le fait de fermer les fenêtres lorsque le chauffage est en marche a commenté Franck Boutté.


Vous souhaitez calculer vos économies d'énergie grâce à la construction écologique ? Je calcule mes économies


Source: vos économies d'énergie.fr