Une tondeuse herbivore pour des économies d'énergie et de temps

Une firme américaine a développé une tondeuse d'un nouveau genre : un drone herbivore. Ce drone s’auto-alimente en biocarburant avec le gazon qu’il coupe. La tondeuse à l'effigie du héro Marvel The Punisher arrive dans nos jardins pour révolutionner la tonte de l'herbe tout en faisant des économies d'énergie grâce à la domotique.

Les économies d'énergie appliquées aux tondeuses

C'est l'entreprise EcoMow Technologies, basée à Fairfax à l'Ouest de Washington, qui a eu cette idée ingénieuse de créer un drone qui mange et digère l’herbe, permettant de régler les deux principaux problèmes des tondeuses autonomes tout en réalisant des économies d'énergie. Les tondeuses automatiques, à l'instar des aspirateurs, se déplacent seules à l'aide de capteurs. Une fois leur tâche accomplie ou encore lorsque leur niveau de batterie devient trop faible, ils retournent automatiquement à leur station de charge. Outre le temps d'action limité, il reste le problème de l'herbe coupée, elle ne peut être stockée indéfiniment et le bac doit donc être vidé régulièrement.

Pour la nouvelle tondeuse de la société EcoMow, il en est autrement. Analysant ces deux problèmes, l'autonomie et les déchets, EcoMow a eu l’idée de faciliter la tâche des utilisateurs de ces drones. Il n'est plus nécessaire de vider le bac de stockage des herbes coupées car elles seront dévorées par la tondeuse. En effet, la machine utilise la matière végétale, ici l’herbe, comme base pour produire son carburant. De cette façon, la tondeuse s’auto-alimentera et n’aura plus besoin de se rendre à sa station de charge pour se réapprovisionner en énergie.

Comment la domotique transforme une tondeuse en héros de Marvel

L’avant du drone est équipé d’une lame rotative qui fonctionne comme une mini moissonneuse batteuse pour couper toute la végétation qui se trouve sur son trajet. C’est un petit moteur électrique autonome qui fait tourner ce dispositif de coupe avec une batterie pour le démarrage.

Une fois coupée, un système de vis sans fin broie les herbes afin d’obtenir des débris de petite taille qui sont ensuite acheminés dans un cylindre sous pression et seront compressés en petites granules. Par la suite, ces débris sont centrifugés de façon à être séparer des particules indésirables, puis transférés dans un compartiment de stockage et séchés grâce à une circulation d’air chaud provenant du générateur de gaz.

Les granules séchés tombent dans le générateur de gaz de façon cadencée en fonction de la réaction de pyrolyse qui s’y produit. Suite à cette réaction, le biogaz, composé de monoxyde de carbone (CO) et d'hydrogène (H2), alimente le moteur thermique de la machine. C’est ce qui permet à la tondeuse de fonctionner continuellement jusqu’à ce qu’elle ne trouve plus de végétation à couper, l'herbe servant à produire la biomasse.

Les déplacements de la tondeuse drone sont aléatoires mais uniquement au sein d'une zone. Le propriétaire de la tondeuse doit, avant d'envoyer sa machine réduire l'herbe en débris, définir une zone d'action grâce à Google Maps. Un GPS préinstallé permet alors au drone de respecter les instructions. Ce n'est pas la première fois que la domotique s'invite dans le jardin, mais c'est probablement la plus originale. /p>

Si la sortie du prototype d’EcoMow Technologies est déjà annoncée pour le mois d’avril, son prix, lui, ne l'est pas encore. La technologie permettant de faire faire des économies d'énergie à la fois au drone et à l'utilisateur qui n'a qu'à définir le champ de bataille sur Google Maps, nul doute que le produit fera des émules.


Source : Vos économies d'énergie.fr

Source photo : EcoMow Technologies