Économies d'énergie : Un nouveau secteur d'activité émerge

Les professionnels de l’économie savent bien que la France dispose d’un gisement énergétique énorme. D’ailleurs, ils entendent bien le faire savoir durant le débat sur la transition énergétique.


Les gains de consommation énergétique

Guy Dufraisse, président de Schneider Electric a ajouté : « La France dépense 60 milliards d'euros en importations d'énergie, il y a un gain potentiel très significatif." Les gains de consommation énergétique sont remarqués dans tous les domaines, mais surtout dans l'habitat. Sylvie Charbonnier d'Isolons la Terre, un groupement d'industriels des l'économies d'énergie a avancé : « On compte 30 millions de logements, il faudrait en rénover 400 000 par an pour en abaisser la consommation à 80 kWh par an et par mètre carré. Au prix moyen de 60 000 euros par logement, ce marché potentiel de la rénovation énergétique représente 24 milliards d'euros par an. » Le coût semble assez élevé, mais cela permettrait de faire quelques économies en dépenses énergétiques.

En Allemagne, une étude de la banque KfW a démontré qu’un financement public de 1,4 milliard d'euros permettrait de mobiliser un crédit de 8,8 milliards d'euros et de créer plus de 197 000 emplois directs. Même avec une économie instable, il s’avère que c’est un secteur d'activité dynamique. Patrick Liébus, président de la CAPEB (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment), a pour sa part déclaré : « La rénovation thermique des logements est en croissance de 3 % par an alors que l'activité globale du bâtiment ne croit que de 1 % et s'oriente à la baisse ».


Économies d’énergie : Les réglementations

Le secteur est mal organisé et peu visible. Matthieu Ballu, de la Coalition for Energy Savings (coalition pour les économies d'énergie, regroupant entreprises et ONG) a avancé : « Deux grandes tendances coexistent : les matériaux isolants et la production de systèmes de contrôle énergétique. Si l'on développe l'un, on réduit la part de marché de l'autre, d'où une certaine concurrence ». Des industriels comme Schneider Electric, Philips ou encore Saint-Gobain y sont très présents et côtoient de petits architectes, artisans et installateurs. Chacun d’entre eux assure que la coopération soit bonne. D’ailleurs, à cet effet, M. Liébus a avancé que : « Depuis quelques années, on a des partenariats avec les grandes entreprises pour concevoir les nouveaux matériaux. Elles ont compris que les 380 000 petites entreprises que je représente étaient des clients. Il n'y a pas de coordination institutionnelle, mais on arrive à une phase où elle va se produire, c'est inéluctable. »

Pour sa part, Arnaud Berger, de la Banque populaire Caisses d'épargne (BPCE), qui est en train de mettre en place un fonds spécifique pour le financement des économies d'énergie dans le bâtiment a déclaré : "Une difficulté tient à ce que la filière de l'efficacité énergétique n'est pas homogène, mais recoupe plusieurs filières existantes, dans l'immobilier, l'industrie et les transports ». Toutefois, les changements vont bon train et des positions communes commencent à fleurir sur la politique des gouvernements. Le marché des économies d'énergie est de plus en plus orienté par les réglementations comme la directive européenne sur l'efficacité énergétique adoptée en 2012 devrait d’ailleurs être transposée dans les mois à venir.


Vous souhaitez contribuer au développement durable tout en effectuant des économies sur votre facture énergétique?

Utilisez notre simulateur pour calculer les économies d'énergie de votre logement doté d'installations écologiques. C'est gratuit et sans engagement

Je calcule mes économies


Source: vos économies d'énergie.fr