Efficacité énergétique : les opérations les plus rentables

Dans une étude de l’Union Française de l’Electricité, les démarches sur l’amélioration de l’efficacité énergétique les plus rentables économiquement ont été classifiées. Au vu de la situation actuelle, les buts du Grenelle sont inaccessibles.

L’Union Française de l’Eléctricité (UFE) a établie une étude portant sur la question « quelles sont les actions d’amélioration de l’efficacité énergétique économiquement accessible aujourd’hui ? ». Les Certificats d’économie d’énergies (CEE) déposés ces dernières années ont été passés en revue par cet organisme pour pouvoir répondre à la question. Une classification des projets les plus rentables ont par la suite été réalisée.


Les critères de l’analyse

Cette hiérarchisation a été basée sur deux critères distincts dont le ratio du coût de l’investissement sur le gain d’énergie pour la durée du projet (euros/kWh) et le taux de rentabilité interne (Tri). Le ratio est rentable lorsqu’il est inférieur au montant de l’énergie épargnée et le calcul du Tri nécessite une évaluation du coût des opérations, des énergies et les économies d’énergie associées.

D’après cette association, l’étude a été effectuée à partir des prix des énergies actuels qui devraient être stables à 2020. Les postes du chauffage et de l’eau chaude sanitaire sont les seuls éléments considérés dans ce calcul du fait qu’ils sont des grands consommateurs d’énergies du secteur tertiaire et du secteur résidentiel d’avant 1990.


Isolation de la toiture : meilleure rentabilité dans le secteur résidentiel

Parmi les éléments pris en compte, l’ isolation de la toiture est l’opération qui représente le maximum d’avantage dans le secteur résidentiel. Dans les habitations collectives chauffées à l’électricité, au gaz ou au fioul elle est la plus rentable, suivi par l’ isolation des murs par l’extérieur dans les bâtiments collectifs chauffés au fioul et l’isolation des combles perdus dans les logements individuels alimentés au fioul.

Pour les zones desservies en gaz, c’est en quatrième place que se trouve l’installation de chaudière à condensation dans les bâtiments chauffés au fioul. Derrière vient les résidences individuelles chauffées au fioul. L’aménagement de pompe à chaleur air air dans les habitations collectives alimentées au fioul situées est en dernière place.


Pompe à chaleur et chaudière : Rentabilité dans le secteur tertiaire

L’installation de pompe à chaleur air/air dans le parc doté de chauffage électrique classique à « effet joule », la mise en place de chaudières à condensation dans le parc chauffé au gaz ou au fioul ainsi que l’aménagement de chaudières à chaleur air/air dans le parc chauffée au fioul sont les des solutions rentables dans le secteur tertiaire.

Le Grenelle impose une réduction de la consommation d’énergie du secteur résidentiel et du tertiaire à 88%. Pourtant en France, ces deux secteurs ne consomment que 47% de la production d’énergie révèle cette étude menée par l’UFE. Cette association juge qu’il y a surévaluation de l’objectif fixé pour les deux secteurs (140TWh/an) alors que ce sont les efforts du secteur du transport et de l’industrie devraient être plus considérables.

Vous souhaitez calculer vos économies d'énergie grâce à la construction écologique ? Je calcule mes économies

Source: vos économies d'énergie.fr