En 2014, cap sur les économies d'énergie

En 2013, les plus grandes réformes sur la rénovation énergétique ont été orientées sur la hausse du niveau des subventions, mais aussi, et surtout l’installation des guichets uniques pour faciliter la mise en oeuvre des économies d'énergie.

Des changements sur la rénovation énergétique

Le projet gouvernemental est de taille, car il envisage de s’occuper de la rénovation énergétique annuelle de 500000 logements, et cela jusqu’en 2017. Selon les dires de Monsieur le Préfet Henri d’Abzac : «l’enjeu est d’envergure dans le contexte environnemental, du fait de la réduction des gaz à effet de serre et des économies d'énergie réalisées, mais aussi du point de vue économique, car le projet va permettre de favoriser des emplois dans le domaine du bâtiment et enfin social, car l’énergie se fait de plus en plus ressentir pour les ménages qui sont les plus fragiles financièrement ». Le souci est de réduire jusqu’à 38 % la dépense énergétique des bâtiments en 2020. Le développement d’un pays dépend également en ce moment de sa politique écologique.

Des mesures draconiennes pour favoriser les économies d'énergie

Pour atteindre ce but, l’État a mis en œuvre un programme très pointu. «Les financements mobilisés pour les économies d'énergie sont importants, via l’ANAH, mais aussi grâce à des crédits de la région et du conseil général, qui peuvent aller jusqu’à 80 % des travaux.» La concrétisation des faits et le montage des dossiers sont complexes, il faut demander plusieurs partenariats. C’est l’une des raisons qui justifient la mise en place du guichet unique. Dans leur fonction, la complémentarité de ces deux structures est nécessaire du fait que la première se professionnalise dans l’élaboration des dossiers purement financiers et que l’ADEME apporte ses avis techniques sur les moyens les plus adéquats. Le but primaire est d’harmoniser les travaux d'économies d'énergie et optimiser les résultats. Le plan suscite beaucoup d’intéressés et plusieurs personnes apportent leur contribution pour permettre au plan d’aboutir, et cela, dans les plus brefs délais. Il faut dire que les avantages apportés par le concept sont bénéfiques, depuis son lancement jusqu’à sa concrétisation finale, tout spécialement pour les foyers au revenu modeste.

Simulation concrète du projet pour favoriser la rénovation énergétique

Prenons comme exemple un couple ordinaire qui gagne 38000 euros pendant une année et faisant des travaux d'économies d'énergie d’une valeur de 10700 euros. Des soutiens financiers d’une valeur de 3400 euros soit 31 % sont à prévoir. Les appuis seront évalués selon la situation de chaque famille, et pour un couple avec trois enfants ayant un revenu mensuel de 33.000 euros. Le coût des travaux évalués à 28000 euros sera subventionné avec un taux de 80% soit une valeur de 22300 euros. « L’accord est très intéressant selon Antoine Nunès, qui est le président de la FBTP 65, du fait que le projet est incitatif ».

Parmis les offres disponibles, il faut penser au Primes éco énergie qui permettent de financer les travaux d'économies d'énergie.


Source : Vos économies d'énergie.fr