En France, les économies d'énergie font face à la crise

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (l'ADEME) a rendu un rapport sur les économies d'énergie des français et apparemment celles-ci sont mises à mal par la crise économique. Effectivement, le pouvoir d'achat ayant diminué en France, de nombreuses personnes ont du faire l'impasse sur une meilleure isolation ou l'installation d'une pompe à chaleur.

Toutefois cette information est à relativiser car même si les français dépensent moins pour faire des économies d'énergie, 81% des ménages restent préoccupés par le montant de leur facture énergétique et souhaitent améliorer la performance énergétique de leurs logements. C'est pourquoi le nombre de chantier de travaux d'économies d'énergie reste quant à lui inchangé.


Le nombre de travaux d'économies d'énergie reste stable...

Fin Juillet, l'ADEME publiait les résultats de "l'Observatoire permanent de l'amélioration énergétique du logement" et indiquait ainsi qu'en France le nombre de chantiers de travaux d'économies d'énergie restait stable en dépit de la crise économique. Dans une période où les préoccupations sont nombreuses concernant l'économie et la finance, et où les tarifs énergétiques ne cessent de grimper, il est intéressant de faire un bilan sur l'évolution des performances énergétiques des logements français. Plus un bâtiment a une performance énergétique élevée, plus la consommation énergétique (et donc la facture) sera faible. Un bâtiment avec une excellente performance énergétique est appelé Bâtiment Basse Consommation (BBC) et doit répondre à certains critères comme par exemple une isolation optimum et un besoin en électricité minime.

Au cours de l'année 2010, alors que le secteur de l'entretien des logements était au plus bas (-6% en valeur), seul le marché des travaux d'économies d'énergie tirait son épingle du jeu et ne baissait que de 5% en valeur. C'est principalement à cause de l'augmentation des tarifs énergétiques que les français se penchent de plus en plus vers des travaux d'amélioration énergétique.


...Mais les dépenses par chantier sont en baisse

Malgré un nombre de chantiers toujours important, un autre constat a été fait: les français dépensent moins lors de ces dits travaux d'économies d'énergie. C'est en grande partie pour deux raisons: les aides publiques sont moins importantes que d'autres années et la crise économique a sérieusement entamé le pouvoir d'achat des foyers français. Effectivement, on constate que sur la période 2006-2008, les français dépensaient nettement plus pour un chantier que sur la période 2008-2010 et qu'en 2010, les chantiers les plus demandés sont ceux d'un coût inférieur à 2000 €. De plus, de nombreux ménages utilisent leurs revenus courants et non des prêts pour les financer; même si environ 60% des foyers qui ont fait faire des travaux d'économies d'énergie ont fait une demande de prêt LDD, d'éco-prêt à taux zéro ou de crédit d'impôt.


Quels travaux d'économies d'énergie préfèrent les français?

En 2010, les ménages se sont tournés de manière plus équilibrée vers les trois sortes de chantiers de l'amélioration énergétique: l'isolation des ouvertures (portes, fenêtre double vitrage), l'isolation des parois (murs, plancher, parois) et l'amélioration du chauffage. Effectivement, l'isolation des ouvertures reste stable et représente désormais environ 40% de part du marché, l'isolation des parois, quant à elle, s'installe progressivement avec une part de marché de 30% et enfin les travaux d'amélioration de chauffage chute très légèrement avec la baisse des installations de pompes à chaleur (30% de part de marché).


Vous souhaitez calculer vos économies d'énergie grâce à la construction écologique ? Je calcule mes économies

Source: vos économies d'énergie.fr