Hausse de la consomation des ménages : un enjeux pour les économies d'énergie.

Une grande partie de l’énergie produite est consommée dans les logements. Cette énergie coûte assez cher et a de grandes répercussions sur l’environnement. Les habitations affichent une bonne isolation dans l’Hexagone, toutefois, les Français chauffent plus. C’est d’ailleurs, l’une des raisons qui font que la consommation d'électricité des particuliers a doublé depuis les années 1970. Actuellement, les spécialistes souhaitent inverser la tendance et inciter les ménages à faire de l’économie d’énergie.

Une augmentation des économies d'énergie

Si dans les années 1970, on appelait “Chasse au gaspi” le fait d’amener les Français à réduire leur consommation d’énergie, aujourd’hui, on joue sur les termes classieux et on mise sur l’efficacité énergétique. Toutefois, le fait d’arriver à changer les comportements en un temps résolument court n’est pas une chose aisée.

Dans un rapport publié mardi, le CAS (Centre d'analyse stratégique) a avancé ses inquiétudes concernant l'effet rebond dans les politiques liées au logement. En effet, malgré les efforts en termes d'isolation thermique ou de performance des appareils réalisées pendant ces dernières années, l’on note malheureusement que la consommation d’énergie des Français n’a pas eu de cesse d’augmenter. Les spécialistes placés auprès du premier ministre, et chargés “d'éclairer le gouvernement” en matière économique, sociale, environnementale et technologique ont notamment déclaré que “L'isolation thermique est en grande partie responsable d'une baisse de plus de 50 % des consommations moyennes de chauffage domestique”. En ajoutant : “Cela n'a pas suffi à diminuer la consommation d'électricité spécifique des particuliers qui a doublé depuis cette époque.”

En 2010, la consommation moyenne d'électricité spécifique par superficie est passée de 13 kWh/m en 1973 à 30 kWh/m.

Le particulier chauffe plus, un vrai problème pour les économies d'énergie

À bien y revoir, l’on arrive à mieux comprendre que le problème de l'isolation thermique vient du fait que les personnes ont tendance à accroître légèrement la température dans leur logement, ce qui annule tout espoir de faire des économies d’énergies. Une récente enquête du Credoc vient d’affirmer que pour un logement récent, la température jugée confortable est supposée dépasser les 20 °C. Les spécialistes ont d’ailleurs ajouté que “Ce résultat met en évidence le lien entre les performances techniques et les représentations du confort qui est un moteur puissant de l'effet rebond”. De plus, les ménages actuels disposent de bons nombres d’appareils qui nécessitent d’être branchés en permanence.

Les représentants de l’organisme estiment que pour arriver à modifier la tendance, il convient de mettre en place de nouvelles mesures en collaboration avec les collectivités locales. Par ailleurs, afin de mieux sensibiliser la population, divers concours et récompenses à la clé pour des immeubles qui se veulent respectueux de l’écologie devraient être proposés.

Les personnes qui viennent récemment de réaliser des travaux d’économies d’énergies chez elles peuvent également prendre des initiatives et inciter leurs voisins à réduire leur consommation d’énergie et de divers avantages que cela peut apporter. Outre le fait que les énergies fossiles deviendront rares dans peu de temps, le CAS a tenu à rappeler qu’il est impératif de lutter contre les émissions de CO2 alors que le gouvernement français a promis de diviser ses émissions de gaz à effet de serre par quatre en 2050 par rapport à 1990.


Source : Vos économies d'énergie.fr