Journées techniques des Certificats d’Economies d’Energie : bilan positif

L’Agence Nationale pour le Développement de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) ainsi que la direction générale de l’énergie et du climat organisaient mardi 18 et mercredi 19 septembre la 3ème édition des journées techniques CEE. Un bilan sur la 2ème période du dispositif des certificats d’énergie a été effectué.

Ce rassemblement ne pouvait tomber mieux, à trois jours seulement de la conférence sur l’environnement qui a annoncé une « ambition relancée en matière de maîtrise de l’énergie »


Les objectifs de la 2ème période du dispositif CEE atteint avec 10 mois d’avance

C’est avec grand plaisir que la directrice exécutive des programmes de l’Ademe, Virginie Schwarz, annonçait les résultats du bilan de la 2ème période du dispositif de certificats d'économies d'énergie. L’objectif qui avait été fixé, sera rempli mi-février 2013, avec 10 mois d’avance sur l’échéance (décembre 2013).

Elle a ensuite fait un rappel sur les chiffres de la 1ère période, qui avait été excellents. Entre le 1er juillet 2006 et le 31 décembre 2011, le dispositif CEE a permis de faire des < a href="/"économies d'énergie importantes en combustibles (79 %) et en électricité (21 %). Ceci correspond à 31.9 TWh d’économies, soit la diminution considérable de 4 % sur la consommation annuelle des logements et du secteur tertiaire. De plus, ce dispositif CEE a permis d’éviter 8 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent de 8,1 % des émissions annuelles du secteur.

Le dispositif CEE a eu d’autres avantages. Il a joué un rôle d’animation des réseaux professionnels via les formations qui ont été données. Virginie Schwarz annonce que 40 000 professionnels ont été formés grâce au FEE BAT. Un résultat qu’elle qualifie de « score significatif ».


Les voies d’amélioration du dispositif CEE

C’est le secteur de l’isolation qui est à la traîne et ce qui concerne le financement par les certificats d’économies d’énergie. En comparaison les installations thermiques et les poses de fenêtre double vitrage ont fait un carton. Près d’un million de systèmes ont été installés et 450 000 fenêtres posées, contre 120 000 isolations seulement, ont bénéficié du dispositif CEE.

La directrice exécutive des programmes de l’Ademe souligne donc que des améliorations dans le secteur de l’ isolation sont à prévoir. « Cela nous montre qu’il existe des gisements d’action importants pour l’ensemble des domaines isolation et bâti », souligne t’elle.

La qualité des travaux, la simplification administrative et une meilleure information sont à l’ordre du jour et sont les pistes d’amélioration que revendiquent les installateurs. Mais il ne faut pas non plus que la notion d’éco-avantage, qui valoriserait davantage les travaux réalisés par un professionnel de qualité, soit vécue comme un frein, observe-t-elle quand un artisan, dans la salle, semble y voir « une remise en cause des compétences de notre profession ».


Trois pistes pour atteindre l’objectif voulu par le Grenelle

Les certificats d’économies d’énergie ont un effet de valorisation de l’offre mais pas de développement du marché. Prenons l’exemple des chaudières , sur 15 millions le taux de remplacement est relativement bas (3 % par an) et depuis trois ans les ventes ont diminué de 15 %.

Pour cela le responsable de la Fédération française des négociants en appareils sanitaires, suggère trois pistes d’amélioration. La première étant de continuer le travail sur la formation et la qualification technique. Il conseille aussi de continuer à travailler sur la notion de diagnostic et finalement d’introduire la notion de maintenance en systématisant les opérations « pour anticiper le besoin de remplacement, sans attendre la casse ».


Source: vos économies d'énergie.fr