L'efficacité énergétique doit être une priorité pour les Etats

Fatih Barol, économise en chef de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a parlé des points forts du rapport publié par ce même agence le lundi 12 novembre à Londres.


Économies d’énergie : Un retard dans la réduction de la consommation d’énergie

D’après cet économiste, les efforts menés pour réduire la consommation d’énergie se sont soldés par des échecs. En 2011, les États-Unis, le Japon ainsi que la Chine ont mené des politiques publiques visant à diminuer les besoins énergétiques, mais qui se sont avérées insuffisantes. Toutefois, le potentiel est énorme notamment dans la construction et la rénovation de logements, dont 80% d’économies d’énergie possible sont encore à réaliser. Dans le secteur de l’industrie, seulement la moitié a été faite.

Vu que la lutte contre le réchauffement repose en grande partie sur les économies d’énergie, le processus doit être accéléré. Si d’ici 2017, aucun changement majeur n’est enregistré dans le paysage mondial de l’énergie, la limitation de la hausse des températures de 2°C d’ici à 2050 ne sera pas atteinte. Il est primordial d’axer les efforts sur l’efficacité énergétique pour gagner du temps. L’échéance de 2017 devrait être reportée à 2022.

D’ailleurs, cette efficacité énergétique devrait contribuer à la réduction de la facture des importations d’énergies fossiles comme le gaz ou le pétrole. Ce qui permettra de diminuer considérablement les manques à gagner en ces temps de crise.


Les besoins en énergie en hausse

Alors que des efforts sont à réaliser pour diminuer la consommation énergétique, la demande ne cesse de croître. D’ici à 2035, la consommation mondiale d’énergie devrait augmenter d’un tiers dont 60% serait pour la Chine, l’Inde et le Moyen-Orient.

Le fondement du système énergétique a été bouleversé par l’abandon du nucléaire et la favorisation de l’exploitation du pétrole et du gaz aux États-Unis, au Canada et en Irak. De ce fait, en 2017, les États-Unis devanceront l’Arabie Saoudite et ainsi devenir le premier grand producteur de pétrole mondial.

A cette époque, les américains auront une autonomie énergétique grâce à l’extraction des hydrocarbures non conventionnels. La consommation intérieure des États-Unis devrait aussi baisser, vu que la politique d’Obama encourage le développement des biocarburants et l’utilisation des voitures écologiques.


Efficacité énergétique : La fin du nucléaire

Après la catastrophe de Fukushima, l’Allemagne, la Suisse, le Japon et la France ont décidé de réduire l’exploitation du nucléaire dans leur pays. Ce qui devrait mener à l’utilisation du gaz, du charbon et des énergies renouvelables.

Dans cette étude, il a été mentionné qu’il est fort probable que le prix de l’électricité européen s’envolera. En 2030, il sera 50% plus élevé que chez les américains. Ce qui défavorisera la compétitivité des industriels européens et aura une lourde conséquence sur le pouvoir d’achat des populations.


Le refus de la France à exploiter le gaz de schiste

Face à l’interdiction de l’extraction du gaz de schiste en France, l’économiste a annoncé que la réduction du nucléaire, l’interdiction de l’exploitation du gaz de schiste et la limitation des émissions de CO2 ne sont pas compatibles. Il avance qu’il est possible d’exploiter proprement cette ressource en fixant des règles strictes aux industriels.

Fatih Barol a également parlé de la crise que traverse actuellement l’industrie photovoltaïque. Il pense que c’est une situation passagère qui ne devrait pas s’étaler sur une longue durée.


Vous souhaitez contribuer au développement durable tout en effectuant des économies?

Utilisez notre simulateur pour calculer les économies d'énergie de votre logement doté d'installations écologiques. C'est gratuit et sans engagement

Je calcule mes économies

Source: vos économies d'énergie.fr