L'isolation de l'habitat : l'étape primordiale pour faire des économies d'énergie

Les personnes qui souhaitent obtenir une maison BBC sont dans l’obligation de renforcer l'isolation des murs, de la toiture et du sol. Pour cela, deux stratégies sont proposées : le premier est l’augmentation des épaisseurs d'isolant et le deuxième est de choisir des produits plus performants.


L’isolation de l’habitat : Diminuez considérablement les déperditions thermiques de votre logement

Il est conseillé de surisoler les parois sources de déperditions thermiques, et cela, quel que soit le système constructif choisi (ossature bois, brique, parpaing…). Au total, on peut considérer qu’une maison basse consommation doit avoir une résistance thermique supérieure ou égale à 4 pour les murs, 4 pour le sol et 8 pour la toiture. Pour atteindre un tel niveau, il faut veiller à bien choisir des épaisseurs d'isolant appropriées et de privilégier les produits les plus performants (laine minérale) qui répondent aux exigences réglementaires sans qu’on ait besoin d’augmenter les épaisseurs.


L’isolation des murs permet de grosses économies d’énergie

Pour disposer d’une bonne isolation des murs, deux procédés sont proposés : l'isolation par l'intérieur (la plus répandue) et l'isolation par l'extérieur (à peine 7 % du marché). L’isolation répartie se pose également comme une bonne solution, car elle présente des performances thermiques intéressantes (briques monomur, béton cellulaires...).

C'est la solution la plus conseillée en termes de construction. En effet, elle est moins chère et permet d’atteindre les performances requises assez facilement. Il est possible d’opter pour un doublage collé ou pour un système d'ossature métallique puisque les deux méthodes sont à la fois économiques et performantes.

Dans ce cas, la maison est enveloppée d’un matériau isolant et recouverte d'un revêtement extérieur afin de la protéger des intempéries. Elle est très efficace en été, car elle protège contre les fortes chaleurs et en hiver, car elle supprime les ponts thermiques. Toutefois, cette méthode revient nettement plus chère qu’une isolation par l’intérieur.


L’isolation de la toiture et des combles est primordiale

Enfin, si les combles sont aménagés alors, on peut les isoler par l'intérieur ou par l'extérieur. À l’intérieur, il suffit d’isoler les combles sous les rampants en une ou deux couches, selon la charpente. Il est également possible d’isoler le toit par l'extérieur grâce au sarking. Cette méthode permet de laisser la charpente apparente dans les combles. Cependant, elle revient assez chère.


L’isolation du plancher à ne pas négliger

Si le plancher est prévu sur vide sanitaire, le mieux est d’opter pour un plancher à isolation mixte combinant un entrevous en polystyrène et un isolant sous chape. Dans le cas où le plancher est prévu sur terre-plein, il vaut mieux choisir un panneau en polystyrène expansé ou en polystyrène extrudé de 120 mm. Il convient de noter que cette solution est intéressante que ce soit sous dallage et/ou sous chape.

Les ponts thermiques sont des petites ruptures dans l'isolation de la toiture qui provoquent des pertes de chaleur. Ils représentent plus de 30 % des déperditions dans les maisons qui affichent une bonne isolation. Afin de les éviter, il faut veiller à ce que le poseur soigne les raccords et les finitions, surtout au niveau des parois (murs/toiture ; murs/planchers) et des percements (porte, fenêtre).


Pour quel isolant opter ?

La laine minérale ; le polystyrène expansé (PSE) ; le polystyrène extrudé (XPS) ; la ouate de cellulose et la fibre de bois sont tout autant de produits intéressants et performants. Ils ont chacun leurs caractéristiques, leurs avantages et leurs inconvénients et sont proposés pour tous les budgets.