La crise fait passer les économies d'énergie au second plan

Au cœur de la crise actuel, les français se préoccupent moins de l'environnement. C'est en tout cas ce que constate l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maitrise énergétique) dans sa dernière enquête sur "les français et l'environnement". Les problèmes sociaux et le travail surtout, tracassent plus les citoyens que les économies d'énergie.


Les économies d'énergie ne sont pas perçues comme un secteur vendeur

Aujourd'hui, ce qui importe le plus, c'est de trouver du travail. Bien que Delphine Batho, la ministre de l'environnement, ait annoncé la création de près de 100000 "emplois verts" sur une période de trois ans, les français ont encore du mal à assimilé le développement durable à un vrai secteur économique. Si le développement durable est passé dans les mœurs (52% des sondés ont une idée précise contre 30% en 2004 de ce qu'il représente), son aspect économique et social est encore très méconnu.

La conscience écolo en France est issue du militantisme, elle reste donc détaché de la réalité social. La sensibilisation aux enjeux du développement durable est de plus en plus importante, notamment chez les jeunes, mais la priorité reste de trouver du travail. Dans certain pays d'Europe, le Danemark notamment, ces deux aspects sont compatibles et le secteur des économies d'énergie est un vrai vivier pour l'emploi.

Le prix des économies d'énergie rebutent en cette période de crise

Quand l'économie va mal, les tendances et les modes de vie changent. La peur de l'avenir et le manque de certitude sur le futur pousse les français a avoir des comportements de plus en plus hédonistes. Ils veulent se faire plaisir aujourd'hui, tant qu'ils le peuvent, ne sachant pas de quoi demain sera fait. Ceci se voit notamment dans les chiffres du désir de consommation qui reste très élevé. Cette tendance implique notamment que l'idée de "consommer mieux" est en baisse par rapport à "consommer plus".

La question du coût de l'énergie prend beaucoup d'importance en cette période difficile, et s'il est effectivement possible de réduire sa facture d'électricité tout en ayant un comportement "éco responsable", le coût des travaux à réaliser est rédhibitoire. Le problème vient surtout de l'investissement nécessaire au moment de l'ouvrage. Même si il sera rentabilisé en quelques années, les foyers français rechignent à prendre ces risques dans une économie incertaine.

Les économies d'énergie ne sont pas, aujourd'hui, la priorité des français car la crise est toujours présente, mais une évolution dans les comportements pourrait permettre d'utiliser tout le potentiel de ce secteur très porteur, aussi bien en termes de perspective économique que de réduction de consommation d'énergie

Vous souhaitez contribuer au développement durable tout en effectuant des économies sur votre facture énergétique?

Utilisez notre simulateur pour calculer les économies d'énergie de votre logement doté d'installations écologiques. C'est gratuit et sans engagement

Je calcule mes économies