La gestion des déchets remise en cause par la Commission Européenne

La Commission Européenne a fait connaître il y a quelques jours sa déception concernant la gestion des déchets dans les pays de l'Union Européenne. Pourtant celle-ci représente un point important du développement durable souhaité par les États membres. Alors pourquoi les actions mises en place ne suffisent-elles pas? Est-ce que cette mauvaise gestion pourrait compromettre la politique écologique européenne?

L’Union Européenne se voudrait exemplaire en terme d'écologie et a fixé des objectifs pour que les différents États membres suivent une ligne de conduite écologique au cours des prochaines années. De grands progrès ont été faits en matière d'économies d'énergie, et au niveau de la transition énergétique, mais il semblerait que par contre la gestion des déchets ne soit toujours pas optimum et cela freinerait le développement durable européen.


Les déchets en Europe

La gestion des déchets est évaluée selon 18 critères par la Commission Européenne, comme par exemple le recyclage ou le coût de l'élimination des déchets. Les 27 membres de l'Union Européenne sont régulièrement classés et obtiennent un certain nombre de points(L'Autriche et les Pays-Bas ont obtenu 39 points sur 42, La France a été classée dixième de ce classement avec 31 points et la Grèce obtient le moins bon score avec 3 points). Il en ressort qu'il existe de nombreux écarts entre les différents États.

Fin 2008, l'UE a pris la décision de lancer une directive pour encadrer la gestion des déchets des pays membres. cette directive a instauré une "hiérarchie des déchets" qui est la suivante (la première étape étant la plus importante): 1) Prévention, 2) Préparation en vue de réemploi, 3) Recyclage, 4) Autre valorisation et 5) Élimination des déchets.


La mise en décharge: mauvaise solution

Mardi 7 août, M. Janez Potocnik, Commissaire Européen en charge de l'Environnement, a rendu public le bilan d'une enquête concernant la gestion des déchets dans l'Union Européenne. Et ceux-ci sont très insuffisants selon lui. Il a notamment analysé la situation en ces termes: "le tableau qui se dégage de cette étude confirme mes craintes. De nombreux États membres continuent de mettre en décharge d'énormes quantités de déchets municipaux, ce qui est la pire des solutions de gestion des déchets, alors qu'il existe d'autres possibilités qui sont préférables et qui peuvent être financées par les fonds structurels". Effectivement, de nombreux pays européens mettent massivement les déchets dans les décharges. Cela entraîne une sous-exploitation automatique de solutions plus favorables au développement durable comme par exemple le recyclage ou la réutilisation. C'est également nocif pour l'environnement et la santé humaine.

M. Potocnik a également ajouté qu'il était ressorti de cette étude que des ressources précieuses sont quotidiennement ensevelies et que par conséquent l'Union Européenne perdait de potentiels avantages économiques, et la possibilité de créer de nouveaux emplois (400 mille emplois pourraient être créés d'ici à 2020). La situation est particulièrement inquiétante surtout dans le contexte actuel de la crise économique qui secoue les pays européens. Effectivement, la Commission Européenne considère que la mise en place totale d'une législation européenne sur la gestion des déchets pourrait permettre des économies très importantes de 72 milliards d'euros chaque année ainsi que de nouvelles économies d'énergie. Cette législation permettrait également d'améliorer de 42 milliards d'euros le chiffre d'affaires du domaine du recyclage et de la gestion des déchets.


Instauration de feuilles de route

Parmi les plus mauvais élèves qui sont ressortis de l'étude, on trouve la République Tchèque, la Bulgarie, la Roumanie, Chypre, la Slovaquie, l'Italie, la Pologne, Malte, la Grèce, et les pays baltes. A contrario, les pays qui ont mis en place une bonne gestion des déchets sont la Belgique, l'Allemagne, la Suède, l'Autriche et les Pays-Bas (Seulement 5% de leurs déchets sont mis en décharge). Pourtant, tous les États sont concernés par ce sujet et tous doivent améliorer leur prévention des déchets ainsi que trouver des solutions concernant la surcapacité dans le domaine de l'incinération. C'est pourquoi, la Commission Européenne souhaite que les 10 pays les moins efficaces en matière de collecte des déchets mettent en place une feuille de route. Celles-ci seront observées par les gouvernements nationaux lors de séminaires. Le 19 Septembre prochain, aura lieu le premier dans la capitale tchèque, Prague.


Source: vos économies d'énergie.fr