La Grande distribution est contrainte à réaliser des économies d'énergie

Les supermarchés utilisent de manière astucieuse le système des Certificats d'Économie d'Énergie pour amener leurs clients à acheter plus chez eux. De manière générale, les clients convertissent les kWh épargnés en calories alimentaires. Ce système créé par l'Etat veut sensibiliser les entreprises sur les économies d'énergie qu'elles peuvent réaliser.


Des économies d’énergie conséquentes

La loi de programme qui fixe les orientations de la politique énergétique adoptée le 13 juillet 2005 impose de baisser la consommation de kilowattheures. Inspirés des exemples de l'Italie et du Royaume-Uni, les certificats d'économie d'énergie (CEE) ont été mis en place afin d’obliger les énergéticiens telle qu’EDF, GDF Suez, les distributeurs d'énergie comme Total et les exploitants de stations-service à réaliser des économies d'énergie à leurs clients. Si ces derniers ne suivent pas le protocole établi alors ils peuvent risquer de se voir soumis à des pénalités financières importantes.

Entre 2010 et 2013, ces vendeurs d'énergie aussi appelés les « obligés » se sont vus obligés de baisser la demande de leurs clients publics et privés de 345 TWh. Ce qui fait l'équivalent des deux tiers de la demande d'électricité annuelle française.


Une performance en hausse

Les clients des « obligés » doivent améliorer la performance énergétique de leur logement, de leur usine (ou une entreprise), de leur bâtiment public (pour le cas d’une collectivité locale) ou encore de leur péniche (pour les bateliers) à l’aide de travaux. Ces travaux en question ont été validés par la la DREAL(Direction Régionale de l'Environnement de l'Aménagement et du Logement) et donnent aux « obligés » le droit aux certificats d'économies d'énergie. À noter que ces certificats leur permettent de remplir leurs obligations légales. Durant la période de 2006 — 2010, les énergéticiens n’ont réussi à atteindre que 54 TWh. Depuis, le niveau de l'objectif s’est fortement accru et la grande distribution (les détaillants en carburants) est entrée dans le jeu avec notamment Leclerc en première place.


Des économies d'énergie pour les uns, des économies financières pour les autres

Dirigée par Michel-Edouard Leclerc, l’enseigne bretonne a changé cette contrainte énergétique en un véritable produit d'appel. Sur son site Internet, l’enseigne propose des « primes énergies » sous forme de chèques-cadeaux aux clients qui réalisent des travaux écologiques comme l'installation de panneaux photovolotaïques. En retour, Leclerc collecte tous les certificats.

Auchan a suivi le système audacieux de Leclerc et toute comme son concurrent, l'enseigne loue les services de la société « Économies d'énergie ». Cette dernière prend en charge de traiter tous les dossiers des clients qui souhaitent récolter des chèques-cadeaux. D’autre part, elle récupère les certificats pour le compte des deux groupes.


Le succès économique de ce modèle est au rendez-vous

La présidente d'Économies d'énergie, Myriam Maestroni a déclaré qu’en 2011, les 100 000 dossiers traités ont généré des économies d'énergie totales de 10 TWh. Ce qui pour ainsi dire, est un véritable succès. Auchan de son côté, est tout aussi enthousiaste concernant le système mis en place. Bruno Lipczak, le patron d'Auchan estime les dossiers traités de 15 000 dossiers par an. Ce qui a de quoi baisser fortement la demande d'énergie de 1,6 TWh par an. Il convient de noter que l’objectif de l’enseigne pour les trois ans de cette période est de 4 TWh.

La question qui se pose est, que font les clients de leurs chèques-cadeaux ? Économie d'énergie a réalisé une étude à cet effet et a démontré que 72 % des dépenses faites dans les magasins Auchan avec la carte de fidélité sont des denrées alimentaires.

Source : Vos économies d'énergie.fr

Calculez vos économies d'énergie futures grâce à l'isolation de votre logement: réalisez gratuitement une simulation économies d’énergie isolation.