La pollution lumineuse sera réduite

A partir du 1er juillet, les magasins, bureaux et façades de monuments seront obligés d’éteindre la lumière de 1h à 6h du matin. Cette nouvelle mesure a été annoncée en automne dernier par le Ministère de l’Écologie et a été publiée au Journal officiel le 25 janvier 2013. L’objectif étant de réaliser des économies d’énergie et de limiter l’impact de la pollution lumineuse. Toutefois quelques zones touristiques dans Paris, Marseille, Lyon et 38 autres communes ne seront pas concernées.

Les effets de la pollution lumineuse

L’éclairage urbain créé ce que l’on appelle la pollution lumineuse. Elle contribue à dégrader la perception de l’environnement. D’origine humaine cet excès d’éclairage nocturne en milieu ouvert affecterait le rythme biologique des animaux, leurs activités, mais également leurs migrations. Chez les humains, la pollution lumineuse altère les rythmes biologiques, réduit la visibilité du ciel nocturne et trouble le sommeil. De plus, c’est une grande dépense inutile puisque la lumière se dirige vers le ciel.

Comment ne plus gaspiller d'électricité

Le ministère de l'Écologie a avancé que le fait de mettre fin à ces excès d’éclairage permettrait de réduire la consommation d’électricité française de plus de 2 térawattheures (Twh) par an, ce qui équivaut aux besoins d’énergie de près de 750 000 foyers français. Par ailleurs, l’application de cette nouvelle mesure devrait permettre de réduire les effets de la pollution lumineuse sur l’environnement, notamment sur les cycles de reproduction des animaux et leur migration, mais aussi sur le rythme biologique humain.

Dans un communiqué, les associations ANPCEN-Préservons la Nuit et France Nature Environnement a déclaré que : « Les orientations générales du texte vont dans le bon sens ». Ils reviennent toutefois sur les questions concernant les zones touristiques qui sont épargnées par la mesure et font appel à une certaine vigilance. Il convient de rappeler que ce black-out n’est pas à rallier à la cause de la transition énergétique que tient à cœur le gouvernement. En effet, cette économie a été ramenée à la consommation de courant en France l'an passé avec 490 térawattheures et se veut plus limitée, avec 0,4 % du total.

L’application de la loi sur la pollution lumineuse

Les illuminations sur les façades de bâtiment non résidentiel devront être éteintes au plus tard à 1h du matin. Le ministère de l’Écologie a notamment confirmé la mesure en déclarant que les « monuments, mairies, gares et tout ce qui n'est pas résidentiel » devront se soumettre à l’extinction des feux. Les vitrines des boutiques et des magasins devront également éteindre leur lumière à 1h du matin ou « une heure après la fin de l'occupation de ces locaux ». Enfin les éclairages intérieurs des « locaux à usage professionnel », comme les bureaux devront suivre les heures d’extinction des feux. À noter qu’il revient à la mairie de contrôler les extinctions et les hôtels tout comme les éclairages publics (les éclairages des routes et les lampadaires) ne sont pas concernés par la mesure.

Les dérogations accordé par la loi sur la pollution lumineuse

Des dérogations ont été accordées par le ministère et les préfectures pour la veille des jours fériés, notamment pour les illuminations de Noël et pour les événements nocturnes. Les « zones touristiques d'affluence exceptionnelle ou d'animation culturelle permanente » bénéficient également d’une dérogation au même titre que les zones touristiques de 41 communes. Pour Paris, les zones qui ne sont pas concernées par la mesure sont la Place des Vosges, la rue de Rivoli, le Viaduc des arts, la rue d'Arcole, la rue des Francs-Bourgeois, l’avenue des Champs Élysée, la partie du boulevard St-Germain entre la place St-Germain et les St-Pères ainsi que le quartier de la butte Montmartre.

Source : vos économies d'énergie.fr