La réglementation thermique 2012, un grand pas pour les économies d'énergie

Après l’optimisation de la conception bioclimatique du bâtiment, le nouvel objectif est de garantir une réduction des consommations énergétiques de l’habitat en optant pour les meilleures installations de chauffage et d'eau chaude sanitaire. D’ailleurs, à cet effet, la nouvelle règlementation met en avant les énergies renouvelables

Une amélioration du système d'économies d'énergie

D’une manière générale, toutes les énergies sont compatibles avec la RT 2012. Toutefois, l'étude BTP Banque/FFB (Bâtimétiers – décembre 2012) a démontré que « le taux de conversion utilisé pour exprimer les consommations en énergie primaire limitent certaines applications de l'énergie électrique, comme l'effet joule, d'où l'intérêt des équipements thermodynamiques (pompes à chaleur), dont le coefficient de performance compense le taux de conversion de l'énergie consommée en énergie primaire ». Alors que dans la pratique, le choix est réalisé au cas par cas et en fonction de la zone climatique.

Avant tout, il faut s’assurer que la sélection du système de production de chauffage soit associée à son réseau de distribution et de régulation. Ceci permet de dégager les solutions intéressantes pour les constructions RT 2012, à savoir la chaudière à bois, la chaudière à condensation, la pompe à chaleur, la poêle à bois ou insert ainsi que le raccordement au réseau de chaleur. Par ailleurs, l’on peut envisager les planchers électriques, chauffants ou à eau.

Les énergies renouvelables, une priorité pour le chauffage

En somme, si elle est équipée d’un système de récupération, une chaudière à condensation peut garantir un rendement supérieur à 100% en régime nominal. La chaudière bois automatisée quant à elle, suit les règlementations de la RT 2012 et assure la valorisation d'énergies renouvelables (EnR) à performance énergétique élevée. Pour sa part, la pompe à chaleur se charge de valoriser les apports d'énergie gratuits (eau, air, sol) et le raccordement au réseau de chaleur favorise quant à lui les EnR et l'utilisation de déchets, tout en participant grandement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Enfin, le poêle ou l'insert à bois sont de bonnes alternatives dans la valorisation du bois. Par ailleurs, ils assurent un confort thermique vu que le besoin de chauffage en maison individuelle RT 2012 est moindre.

L’étude récente effectuée par Céquami a relevé une nette baisse de la proportion de maisons qui utilisent des mix de solutions « Pompe à chaleur + ECS thermodynamique » et « PAC+ECS solaire ». Le relais a ensuite été repris par la chaudière à gaz qui fournit de l'eau chaude sanitaire et le chauffage. L’étude a d’ailleurs confirmé que cette solution s’avère « plus économique et mieux maîtrisée par les professionnels, plutôt logique avec le contexte économique tendu de l'année 2012 ».

Les énergies renouvelables poussent l'électrique vers la sortie

La RT 2012 n’a pas sonné la fin des solutions électriques. En effet d’après les intéressés, les systèmes hybrides comme les pompes à chaleur et les systèmes de géométrie utilisent à la base de l’électricité. Par ailleurs, l’effet joule vient de démontrer que l’électricité est compatible avec la RT 2012, notamment lors des derniers Challenges des Maisons Innovantes de l'Union des maisons françaises (UMF) où l’on a vu deux réalisations « effet joule » primées.

Le vivier des énergies renouvelables reste par ailleurs très fort, et les rendements des appareils de chauffage modernes permet de continuer à utiliser de l'électricité tout en réalisant des économies d'énergie.


Source : Vos Économies d'énergie