Le Gouvernement investit dans les économies d'énergie

Le premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé lors de la présentation du nouveau programme d'investissement d'avenir (PIA) que le budget qui va lui être alloué sur les 12 milliards de programmes d'investissement serait de 2,3 milliards d'euros. À noter que les 12 milliards viennent supplanter les 35 milliards de la PIA annoncée en 2009.

Une grande volonté politique de réaliser des économies d'énergie

Comptant parmi les postes identifiées, la « recherche et université » (3,65 milliards) vient en première place suivie de la « transition énergétique, rénovation thermique et ville de demain", le fait d'"innover pour une industrie durable” (1,7 milliard). À la quatrième et cinquième place, l’on retrouve une “excellence technologique des industries de défense” (1,5 milliard) et l’“aéronautique et espace” (1,3 milliard).

Une semaine après que la ministre, Delphine Batho ait été limogée de son poste, le chef du gouvernement a tenu à injecter une dose de vert à l'ensemble du programme d'investissement. Matignon a notamment déclaré que : “Plus de la moitié de la PIA est consacrée à des investissements directs ou indirects pour la transition énergétique, c'est-à-dire qu'ils seront soumis à des critères d'éco-conditionnalité”. Ces conditions n’ont pas encore été toutefois éclaircies et dans l’attente de plus amples informations à ce sujet, l’on se demande si tout cela relève d’une volonté politique. À quelques mois des élections municipales, cela devrait permettre de recréer une certaine cohésion gouvernementale après que celle-ci a été mise à mal par les menaces proférées par les écologistes après le limogeage de Delphine Batho.

Les conclusions du débat national sur la transition énergétique devraient être partagées ce jeudi 18 juillet. Ils prendront ensuite corps avec la mise en place de divers projets destinés à améliorer la maitrise des nouvelles technologies de gestion, de transport et de production d'énergie. Les projets devraient également prendre compte de la maitrise de la chaleur, du stockage d'énergie, des énergies marines, des piles à combustible, du solaire, des biocarburants, de la biomasse, de la géothermie, des réseaux intelligents et des pompes à chaleur, comme l’avait imposé le premier ministre. Ainsi, les diverses entreprises devront participer à la réduction de l’impact sur l’environnement en réalisant le maximum d'économies d'énergie.

Une source financière pour la rénovation thermique

La rénovation thermique des bâtiments, les technologies vertes ou “les nouvelles solutions pour le transport de demain” ainsi que le recyclage devraient également bénéficier de l’aide financière proposée par l’État en vue de limiter l'impact sur les dépenses publiques. Ainsi, il privilégie actuellement les prêts différés aux subventions. Même si les projets se comptent à la pelle, il reste que l’on ne sait pas encore jusqu’à présent quel secteur de la PIA sera pris en charge. Matignon a d’ailleurs tenu à préciser que “Les 2,3 milliards d'euros consacrés à la transition énergétique concerneront d'abord les entreprises dont c'est le cœur de métier, mais nous prendrons aussi en compte les projets sur la biodiversité. D'autres entreprises pourront s'inscrire dans ces programmes, qu'il s'agisse de l'innovation pour une industrie durable ou de la recherche.”

Les premiers appels à projets devraient commencer en septembre. Mais pour l’heure, les écologistes peuvent se réjouir avec les annonces faites par le premier ministre. Ils attendent également que plus de précisions soient apportées concernant le critère d'éco-conditionnalité.

Du côté des transports des économies d'énergie sont nécéssaires

M. Ayrault a tenu à noter que d’autres postes seront pris en compte, comme la maîtrise de la consommation d'énergie au moyen du compteur intelligent Linky. Ainsi, le premier ministre a avancé que près de 5 milliards d'euros seraient investis par EDF. Pour ce qui est de la mobilité et des infrastructures de transport, M Ayrault a déclaré que “L'effort financier consacré au report modal, aux transports du quotidien, à la rénovation des transports collectifs est considérable. 5,3 milliards y seront consacrés chaque année d'ici à 2030.”

En clair, près de 90 milliards seront investis dont deux tiers seront dédiés au “renouveau des trains Inter cités”, au soutien du fret et au renouvellement du matériel roulant. Trente milliards seront quant à eux alloués au secteur routier et à la ferroviaire pour réaliser des économies d'énergie.


Source : Vos économies d'énergie.fr