Le logement, une vraie mine d'économies d'énergie

La rénovation des logements français, vieillissants et mal isolés devrait permettre d’engranger des économie d’énergie de plus de 30%. Toutefois, le projet requiert de lourds investissements, ce qui explique d’ailleurs pourquoi les objectifs fixés par le Grenelle de l'environnement n’ont pas abouti.

Un projet de grande envergure dans le cadre de la transition énergétique

Mercredi dernier, les ministres du Logement et de l'Énergie, Cécile Duflot et Delphine Batho, ont visité une habitation qui vient de bénéficier de rénovation énergétique dans le but de promouvoir leur nouveau projet. Les propriétaires de la maison située à Melun (Seile-et-Marne) ont choisi de diviser la facture d'énergie par deux après avoir réalisé des travaux de rénovation. Ces travaux ont été financés grâce aux subventions de l'ANAH et aux Primes Énergie.

Pour sa part, François Hollande a fait la promesse que plus de 500.000 rénovations thermiques de logements devraient être réalisées d’ici 2017. C’est un projet de taille que s’est fixé le président alors que la France compte plus de 10 millions de précaires énergétiques actuellement et que les factures d'électricité des ménages ne cessent d’augmenter. Il convient de rappeler que le bâtiment est la première source de consommation d'énergie en France avec 44 %, ce qui le classe devant le secteur des transports qui lui est de 32 % et qui est dénoncé en permanence pour ses émissions de gaz à effet de serre.

D’après le cabinet de conseil Sia Partners, en France, 20 % des logements les plus anciens consomment plus de la moitié de l'énergie consommée par le parc immobilier. Construites pour la plupart avant 1974, à l’époque où les premières normes d'isolation thermique, les fameuses « passoires thermiques » ont été avancées par le gouvernement socialiste pour contrer la précarité énergétique. À ce sujet, la ministre de l'Énergie Delphine Batho a déclaré : « L'objectif c'est de gagner (...) entre 25 et 30 % d'économies d'énergie par logement ». En ajoutant : « Les économies d'énergie sont le plus grand gisement d'allègement de la facture énergétique du pays, comme des ménages ».

2010, la bonne année des économies d'énergie

D’ici la fin du mandat de François Hollande en 2017, les factures d'électricité des ménages français devraient augmenter d’environ 30 % afin de financer le développement des énergies renouvelables. Pour rappel, en 2007, le Grenelle de l'environnement avait fixé l’objectif d’atteindre les 400.000 rénovations thermiques par an en 2013. Toutefois, d’après l’Ademe, seuls 135.000 logements ont bénéficié d'une rénovation énergétique performante en 2010. Par ailleurs, les années suivantes, les améliorations ont été assez faibles. En cause, on note la communication et la lisibilité sur les outils de financement disponibles. Pour pallier la situation, le gouvernement souhaite opter pour un mécanisme plus lisible, mais également sur un tiers financeur qui pourra rembourser le capital investi sur les économies d'énergie réalisées.

Des économies d'énergie substantielles

Les nouvelles technologies qui permettent de fusionner les mondes de l'énergie et d'internet présentent des retours sur investissement rapides et assez intéressants pour les entreprises françaises. Par ailleurs, Cécile Duflot vient récemment de faire une visite chez Schneider et a assuré que l'équipementier ferait partie du nouveau projet. Cela devrait permettre d’atteindre plus rapidement et plus facilement l'objectif des 500.000 rénovations.

Aujourd'hui, Internet permet aussi d'obtenir des aides supplémentaires pour la réalisation de ses travaux d'économies d'énergie. C'est notamment le cas sur le site internet Primes Éco Énergie qui permet de recevoir très simplement un chèque en euros suite à la réalisation de travaux d'économies d'énergie.


Source : Vos économies d'énergie.fr