Les villes à la chasse au gaspillage électrique

Les communes se mettent aux économies d’énergie. L’éclairage public est en ligne de mire : représentant à peu près 20 % de la facture énergétique des villes, les programmes de baisse de la consommation se multiplient et leur mise en place s’accélère. Profitez de cet article pour découvrir les projets écologiques en cours.


Aides financières pour des villes vertes

Dans le cadre du premier appel à projets européen, concernant les initiatives locales en matière d’< a href="/"économies d'énergie, le ministère de l’écologie à maintenu parmi les 38 dossiers retenus en août, celui de la FNCCR, la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies. Celle-ci sera d’une aide importante pour les villes de France. Un montant de 16 millions d’euros est mis à la disposition de la FNCCR. Ce budget permettra des diagnostics énergétiques d’installations d’éclairage public.

Selon l’ADEME, l’éclairage public est un des dispositifs d’une ville le moins optimisé en termes d’économies d’énergie. Il représente environ 20 % de la facture globale d’énergie d’une commune. L'agence de l'environnement apporte depuis février des aides aux petites communes de moins de 2.000 habitants (soit 31.900 communes concernées dans l'Hexagone) pour diviser par deux leur consommation électrique dans ce domaine.


Les projets écologiques de la capitale

La loi de Grenelle stipule la mise en place de plans climat-énergie territoriaux avant fin 2012 pour les agglomérations de plus de 50.000 habitants. Paris étant la ville directement concernés, a déjà débuté sa transition. Elle a signé en 2011 un contrat unique de performance énergétique, d’un montant de 672 millions d’euros, avec le groupe Evesa. Cette action a mis fin aux 35 contrats différents qui existaient, nous informe le directeur de la voirie et des déplacements de la ville de Paris.

A présent l’objectif est de réduire de 30 % de la consommation d’énergie de la capitale d’ici 2020 en agissant principalement sur les éclairages publics. La ville compte 201.000 sources d’éclairage public et 144.000 points de signalisation lumineuse tricolore et est très couteuse. L'éclairage public coûte 13 millions d'euros par an à la Ville, soit 38 % de la facture globale d'électricité.

Une cinquantaine de chantiers énergétiques ont déjà été menés dans la capitale, dont le pont d'Arcole ou la place de la Concorde avant l'été. Suivront à la rentrée, le changement des 1.000 sources du boulevard périphérique et le remplacement par des diodes électroluminescentes (LED) des lampes du sous-terrain de l'Alma: une première dans un tunnel parisien.

Plusieurs millions d’euros seront économisés à partir de 2014, plusieurs dizaines de millions d’ici 2020 ainsi qu’une économie de 42 gigawatts est prévue.

Lyon : une politique d’économies d’énergie ambitieuse

La ville de Lyon se projette sur le long terme. Elle espère une division de sa consommation d’électricité par quatre d’ici 2050, avec un objectif de 28 millions de kilowattheures en 2020, puis 9 millions en 2050. La Ville Lumière annonce avoir déjà commencé ca chasse au gaspillage d’élétricité et compte une réduction de 16.6 % de la consommation des éclairages urbains depuis l’année 2000. Lyon a ainsi retrouvé en 2011 un niveau de consommation un peu inférieur à l’année de la mise en place de son premier plan lumière.

Parmi les projets phares, la passerelle Saint-Vincent teste des dispositifs de lumière qui se déclenchent à l’approche d’une présence. Ce chantier génère plus de 50 % d’économie d’énergie. Il y aussi la place Bellecour qui est aux économies d’électricité. Des ampoules LED ont été installées, l’intensité est variable selon le jour et la nuit.


Vous souhaitez contribuer au développement durable tout en effectuant des économies?

Utilisez notre simulateur pour calculer les économies d'énergie de votre logement doté d'installations écologiques. C'est gratuit et sans engagement

Je calcule mes économies


Source: vos économies d'énergie.fr