Malgré la crise, les travaux de rénovation énergétique continuent de progresser

Le projet de loi pour la transition énergétique a fixé un objectif conséquent en matière de rénovation énergétique, celui de rénover 500 000 logements par an à partir de 2017. En 2013, 265 000 logements du parc privé ont été rénovés afin d’être plus économes en énergie, un chiffre encourageant et en légère progression par rapport aux années précédentes. Pour comprendre et évaluer les politiques énergétiques, l’OPEN (Observatoire Permanent de l’amélioration ENergétique du logement) a révélé les résultats de sa 7ème campagne portant sur l’année 2013.

Les principaux chiffres de la rénovation énergétique en 2013

Entre 2011 et 2013, le nombre de chantiers de rénovation énergétique a progressé de 1,3 % par an, une légère hausse qui reste tout de même encourageante. Cette situation est due au contexte économique difficile qui oblige les ménages à être plus soucieux de leur budget. En 2013, seules 90 000 rénovations ont été réalisées en une seule fois, soit un tiers de moins qu’en 2011. En revanche, on constate une augmentation de 12 % par rapport à 2011 pour les rénovations étalées sur 2 à 3 ans, soit 175 000 rénovations achevées en 2013.

On constate également une baisse significative du nombre de chantiers de plus de 10 000 €, seulement 15 % des chantiers en 2013 contre 33 % en 2008. Les rénovations énergétiques en plusieurs étapes ont donc progressé et entraînent un choix de solutions techniques de plus en plus performantes. Le marché de l’isolation thermique progresse, en effet, 60 % des rénovations de toitures et 45 % des rénovations de façades intègrent l’isolation. Les équipements de chauffage performants rencontrent également un franc succès puisqu’ils ont doublé depuis 2006, même si l’année 2013 montre un ralentissement de cette progression. Enfin, les chantiers avec des travaux d’isolation sur deux type de parois ont doublé entre 2006 et 2013.

Concernant le déroulement des chantiers, les ménages font confiance aux professionnels du bâtiment, de manière générale, les chantiers sont confiés à des entreprises agréées. L’auto construction représente seulement 8,2 % des dépenses de travaux de rénovation énergétique.

Le budget des ménages consacré à la rénovation énergétique est en baisse

Le montant moyen des travaux de rénovation énergétique est en baisse, il passe d’un pic de 6 870 € en 2008 à 5 210 € en 2013. Une baisse significative qui s’explique par l’impact de la crise sur le budget des ménages. Aujourd’hui, 65 % des chantiers sont inférieurs à 5 000 €. En 2006, les ménages réalisaient des travaux dans le but d’effectuer des économies d’énergie (45 %). Désormais, les ménages préfèrent étaler leurs rénovations sur plusieurs années tout en privilégiant les travaux les plus urgents pour leur logement. Il apparaît clairement qu’en 2013, les particuliers voient en priorité les réparations urgentes à réaliser plutôt que les économies d’énergie.

Les ménages bénéficiant d’aides financières de l’État pour réaliser leurs travaux de rénovation sont de plus en plus nombreux, on note une évolution de 3 % entre 2010 et 2013. Le crédit d’impôt est le plus sollicité, 1,28 millions de ménages ont pu en bénéficier en 2013. De plus, depuis septembre 2014 le crédit d’impôt a vu son taux augmenter, il est passé de 15 % (ou 25 % pour un bouquet) à un taux unique de 30 %.