27ème conférence européenne pour les panneaux photovoltaïques

Du 24 au 29 septembre 2012, la salle des congrès de Francfort (Messe Frankfurt)ouvre ses portes à la 27ème édition de la conférence sur l’énergie photovoltaïque. Au rendez vous, des milliers de conférenciers venus du monde entier sont présents. Scientifiques, conseillers, industriels et investisseurs se réunissent pour aborder les problématiques liées à l’énergie solaire et plus particulièrement aux panneaux photovoltaïques.

Concernant l’énergie photovoltaïque française des messages positifs et encourageants sont diffusés, malgré la crise qui touche le secteur solaire. Dominique Ristori, directeur du centre de recherches de l’UE nous fait un retour.


Les premiers échos de la conférence pour les panneaux photovoltaïques

A l’occasion de la 27ème édition de la conférence européenne sur l’énergie photovoltaïque, ouverte ce lundi 24 septembre à Francfort, 4 000 conférenciers se sont retrouvés issus de 74 pays différents. Toutes les problématiques liées à la production d’énergie solaire et aux panneaux photovoltaïques seront traitées

Le premier écho de cette conférence fait état d’un grand enthousiasme quant au potentiel économique du secteur de l’énergie solaire pour les prochaines années. Les participants pensent que l’industrie photovoltaïque est enfin prête à profiter de la progression du secteur. On parle alors d’« industrie mature ».

Le secteur du photovoltaïque est résolument considéré comme une filière d’avenir. Il emploie à présent plus de 300.000 personnes dans l’Union Européenne. Le président d’honneur de la conférence sur le solaire, Stefan Nowak a ainsi déclaré que « «les industriels, les innovateurs et les décideurs politiques doivent en être convaincus: l’énergie solaire est notre meilleure option dans la famille des énergies vertes».


L’explosion du secteur solaire ressentie différemment dans les pays de l’UE

Le secteur du photovoltaïque est porteur de beaucoup d’espoir quant à son avenir économique. Les pays de l’Union Européenne voient de différentes manières cette l’explosion du secteur solaire. Comme l’explique Giovanni De Santi, directeur de Jiont Research Center qui est le service scientifique de la commission européenne, il y a plusieurs critères qui font que les pays de l’Union Européenne n’est pas la même approche.

« Cela dépend des écarts entre les pays de l’Union, dans leurs politiques énergétiques, les aides publiques ou la libéralisation de leurs marchés en électricité » a-t-il commenté lors de la conférence ce lundi 24 septembre 2012.


France : un message positif pour le secteur solaire malgré une situation difficile

C’est Dominique Ristori, le directeur général du CCR (le «centre commun de recherche» de la Commission Européenne, Joint Research Center en anglais), ancien directeur de la Direction Générale Énergie, qui répondra aux questions à propos de l’image du secteur solaire lors de la conférence.

Le contexte et les conditions d’investissement n’aident pas la situation du solaire en France. Cependant Ristori présente le secteur comme « une source de relance économique et d’emploi » pour le France et le reste de l’Union Européenne.

Les ingénieurs et les nombreux experts dans la distribution énergétique française vont permettre d’assurer une bonne transition entre le réseau actuel et le futur «smart grid». La « smart grid » est une infrastructure adaptée à la production d’électricité grâce aux panneaux photovoltaïque. Elle est pourvue de nombreuses zones «tampons» où stocker le courant quand la demande est faible pour la relâcher quand les consommateurs en ont besoin.


Source: vos économies d'énergie.fr