Comment intégrer les énergies renouvelables au mix énergétique ?

L’Agence internationale de l'énergie (AIE) estime qu’il est tout à fait possible de produire de l’énergie renouvelable à un coût maitrisé si le système électrique vient à être revu et adapté aux besoins. Mais la situation ne le permet pas encore puisqu’avec la crise et la baisse de la demande en électricité, la France se trouve actuellement dans une situation de surcapacité électrique, ce qui influe directement sur les centrales thermiques et réduit la production d'énergies renouvelables.

Les énergies renouvelables nécessitent l'adaptation du réseau

D’après l’Agence internationale de l'énergie, pour que le déploiement des énergies renouvelables soit réel, le fait d’augmenter le nombre de panneaux photovoltaïques et d'éoliennes ne suffirait pas. Pour arriver à de bons résultats, il faudrait modifier l’ensemble du système électrique et revoir les systèmes de production et les capacités de stockage. Ces changements induiraient une augmentation des coûts de plus de 15 % pour le déploiement mais avec une baisse du coût des technologies et la hausse du prix du carbone, il sera possible d’intégrer les énergies renouvelables à un coût moins élevé.

Rendre le mix énergétique plus flexible

Pour arriver à inclure correctement les énergies renouvelables dans la production globale, il est impératif de développer des moyens de production plus flexibles, capables de supporter des arrêts fréquents et des variations dans leur fonctionnement tels que le gaz ou l'hydroélectrique. En raison d'une demande en électricité faible en Europe, l’intégration des énergies renouvelables devra se faire au détriment d'autres moyens de production (charbon, nucléaire) fonctionnant à plein temps.

L’Agence internationale de l'énergie (AIE) estime qu’un déploiement sur le long terme suppose quelques changements sur la manière d'approcher les énergies vertes. Par exemple, l'installation de panneaux photovoltaïques sur les toits des maisons est potentiellement plus intéressante que la mise en place d’une grande centrale dans une zone isolée. De même, pour l’énergie éolienne, les technologies actuelles permettent de produire de l'énergie même par vent modérer et donc de se concentrer sur les besoins locaux plutôt que sur la force du vent. L’AIE recommande par ailleurs de prendre en compte les synergies entre les énergies renouvelables. Ainsi, l’éolien et le solaire se complètent très bien tout comme l’éolien et l’hydraulique. Ces combinaisons devraient permettre d'harmoniser les productions annuelles et de mieux répartir la production sur le territoire. Enfin, il est nécessaire de pouvoir mettre à l’arrêt les centrales en cas de surproduction comme c’est le cas en Espagne ou au Portugal pour mieux gérer la surproduction.

Mieux gérer le stockage et la production d'énergies renouvelables

Pour rendre le marché des EnR plus flexibles, il convient également d’optimiser les interconnexions et le stockage d’énergie, pour cela des solutions telles que les stations de pompage turbinages semblent les plus prometteuses. D’ailleurs, d’après un porte-parole d’EDF, le développement du mix entre les énergies renouvelables et le nucléaire ne sera possible qu’en cas d'amélioration du système de stockage et une restructuration des moyens de production. Pour arriver à développer un marché viable, l’AIE recommande de mieux gérer la demande, de savoir la réduire lorsque la production est faible et de la booster lorsque les productions sont élevées. À noter que l’intégration des énergies renouvelables passe également par une évolution des habitudes des principaux secteurs consommateurs de d'énergies fossiles (transport, bâtiment et industrie) qui vont devoir se diriger de plus en plus vers des solutions utilisant les énergies renouvelables.