Delphine Batho veut favoriser le développement des énergies renouvelables Outre-mer

Delphine Batho, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, vient de publier récemment un nouveau tarif d’achat dans le Journal officiel, qui permettrait de favoriser le développement de l’énergie éolienne dans les départements d’Outre-mer situés dans des zones les plus exposées au risque cyclonique.

Un nouveau tarif d’achat pour l'énergie éolienne

Le nouveau tarif d’achat qui vient d’être publié par la ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie a été fixé à 23 c€/kWh pour les dix premières années du contrat, signé sur 15 ans. Ce dispositif a pour but de favoriser le développement de l'énergie éolienne dans les départements d'Outre-mer situés dans des zones les plus exposées au risque cyclonique. Dans un communiqué de presse, Delphine Batho a expliqué que ces départements ne sont pas connectés au réseau électrique de la métropole et doivent de ce fait, réussir à réaliser des défis de taille afin de garantir leur approvisionnement énergétique dans des conditions économiques, sûres et durables.

Toujours d’après la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, le nouveau tarif d’achat mis en place devrait permettre d’anticiper la production de l'éolienne à l’avance, d’assurer un certain équilibre du réseau, mais également de garantir la sécurité d'approvisionnement.

Favoriser la production locale pour faire des économies d'énergie

Le développement des énergies renouvelables, notamment de l’éolien terrestre, se pose comme une bonne opportunité qui permettrait de produire une énergie locale à la fois propre et compétitive. Par ailleurs, tout comme les éoliennes rabattables, les moyens de production d’électricité doivent pouvoir résister aux conditions météorologiques. À cet effet, Delphine Batho note que « Seulement, l'intégration de ces énergies renouvelables, dont la production est intermittente, peut fragiliser la stabilité du réseau électrique. Les moyens de production d'électricité doivent aussi résister aux conditions météorologiques particulières de ces territoires, soumis au risque cyclonique (vents violents) ». Elle a d’ailleurs ajouté que « Le développement de l'énergie éolienne terrestre doit permettre de faire progresser ces territoires vers plus d'autonomie énergétique. Il doit aussi participer à la relance de la filière industrielle française dans ce secteur ».

Lors de la conférence environnementale de septembre 2012, le gouvernement avait annoncé son souhait de favoriser le développement de solutions innovantes pour répondre aux enjeux des départements d'outre-mer. Le développement de l’éolien terrestre devrait permettre d’améliorer les conditions de ces territoires et les amener vers une autonomie énergétique. Enfin, le nouveau tarif établi devrait contribuer à relancer la filière industrielle française dans ce secteur.

Un dispositif de développement des énergies renouvelables qui manque d'ambition d’après le SER

Dans un communiqué, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) déclare que « Ces nouveaux tarifs vont prendre le relai des appels d'offres avec stockage lancés en 2010 et dont les lauréats avaient été retenus en février 2012. Les professionnels saluent cette mesure qu'ils attendaient depuis plusieurs mois, mais craignent que les modalités retenues pour la mise en œuvre de ce tarif ne produisent pas tous les effets escomptés en termes de retombées industrielles pour la filière ». Il a par ailleurs avancé que l’exclusion de certaines régions comme la Guyane était fort regrettable. En effet, il a déclaré qu’en Guyane « l'absence de risque cyclonique est largement compensée par le climat de type équatorial humide, qui rend l'exploitation et la maintenance des éoliennes plus coûteuse ».


Source : Vos économies d'énergie.Fr