Développement de la chaudière à bois en Ile-de-France grâce à l’impulsion de l’ADEME

L’ADEME et l’ARENE ont choisi six projets d’installation de chaudière biomasse à financer. Les organismes encouragent ainsi la lutte contre les émissions de CO2 et les économies d’énergie fossile.

L’ADEME finance des projets d’installation de chaudière à bois

Au début de l’année 2011, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise Énergétique (ADEME) avait lancé un appel à projet « Chaufferies Biomasse » pour installer des chaudières biomasses dans des bâtiments publics de la région.

Finalement, la Direction régionale Ile-de-France de l’ADEME a donné les résultats de cet appel. Neuf candidatures ont été reçues et finalement six lauréats ont été sélectionnés pour installer une chaudière à bois. Ces installations devraient coûter 28,5 millions d’euros. L'ADEME financera leur projet à hauteur de 3,3 millions d’euros et la Région à hauteur de 1,7 millions d’euros.

Six villes d’Ile-de-France devraient s’équiper d’une chaudière biomasse

Six villes de la région parisienne devraient accueillir leur nouvelle chaufferie à bois : Drancy (93), Mantes-la-Jolie (78), Montereau (77), Rambouillet (78), Ris Orangis (91) et Suresnes (92).

Pour citer quelques exemples, à Suresnes dans les Hauts-de-Seine, il s’agit d’alimenter une piscine et deux gymnases sur le site des Raguidelles. La puissance installée sera de 600 kilowatts. Ces dispositifs devraient permettre d’économiser 573 tonnes de CO2 par an.

A Drancy, il s’agit cette fois d’alimenter une résidence scolaire, un groupe scolaire et un gymnase. La puissance installée sera de 2 500 kilowatts.

Enfin, à Mantes-la-Jolie, la chaufferie biomasse devra alimenter le réseau de chaleur de la ville. La puissance installée sera de 14 000 kilowatts.

Développer la chaudière à bois pour faire des économies d’énergie fossile

Le fioul est une ressource non renouvelable et onéreuse par rapport à la biomasse.

Le fioul est une énergie fossile qui est fabriqué à base de pétrole. Or les gisements de pétrole se raréfient. C’est pourquoi il est important de réduire notre consommation de carburant et de fioul. Le but est de préserver la planète et ses ressources naturelles. De plus, la combustion de fioul crée d’importantes émissions de CO2, responsables du réchauffement climatique.

Côté vie pratique, il faut savoir que le fioul est plus onéreux que le bois et la biomasse en général. Au 17 Février 2012, le litre de fioul s'élevait en moyenne à 1,024 euros, selon l'Union française des industries pétrolières. C’est pourquoi la chaudière à bois permet de réduire ses factures énergétiques. En plus, la chaudière à bois, comme la chaudière à pellets ou à granulés de bois, est simple d’utilisation. La recharge de bois ne se fait que deux fois tous les trois mois, soit huit fois sur 365 jours.

La biomasse est une énergie renouvelable favorisée par la France

La biomasse regroupe un ensemble de végétaux recyclés à base de bois, de paille, de cultures énergétiques, ou de biogaz. Le développement des filières biomasse énergie est encouragé par le gouvernement et l’Union-Européenne. Le but d’arriver à porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation nationale d'ici 2020. Le gouvernement prévoit que 40 % des énergies renouvelables utilisée soit de la biomasse d’ici 2020.

La chaudière à bois et celle à biomasse connaît de plus en plus de succès

Dans le même secteur, un nouvel appel à projet a été lancé le 1er février 2012. Il s’agit de l’appel à projets « Biomasse Chaleur Industrie, Agriculture et Tertiaire 2012 » (BCIAT 2012). Trois projets BCIAT avaient été proposés en 2009, 2010 et 2011. Fort de son succès, le projet BCIAT a été reconduit pour l’année 2012.


Si vous souhaitez calculer vos économies d’énergie en installant une chaudière à bois, faites une simulation gratuite chaudière à bois.

Source: Vos économies d'énergie .fr