Énergie éolienne : l’ile de France veut combler son retard

Malgré une multitude d’obstacles, la région Île-de-France s’est annoncée prête à rattraper son retard en matière d’énergie éolienne.

Énergie éolienne : seulement 19MW en ile de France

Dans une publication du ministère du Développement durable, la production d’énergie éolienne pour la Picardie affichait une puissance de 915 mégawatts (MW), le Centre 672 MW, Champagne-Ardenne 992 MW et à la dernière place, l’ile-de-France avec seulement 19MW. Ce qui est encore en loin des prévisions écologiques de la région.

Face à cette faible production, Vincent Masureel, directeur du développement chez Nordex et Délégué régional de France Énergie Éolienne (FEE), n’a pas caché sa déception. Il déplore également l’insuffisance d’installation dans la région, où il n’y a que trois grandes éoliennes. Comparée à la population de la région, cette production n’est qu’une goutte d’eau dans la mer. Elle correspond aux besoins en énergie de 42.000 habitants, alors qu’elle en compte actuellement 12 millions.

Théolia s’occupe de la gestion des trois éoliennes de l’Île-de-France, installées à Pussay, Essonne. Le maire de cette commune, Grégory Courtas, s’est montré fier de cette avancée « Les éoliennes représentent une avancée écologique importante ». Par contre, il s’est plaint du manque d’enthousiasme des autres communes franciliennes à suivre cette voie.


Éolienne : Les causes du retard de l’Île-de-France

A l’origine du blocage de nombreuses installations : le manque de disponibilité foncière, les lourdeurs des procédures administratives ainsi et l’absence de volonté politique sont les raisons citées par les pro-éoliennes. La présence des aéroports de Roissy et d’Orly sont aussi des contraintes réglementaires non négligeables.

Le manque d’intérêt des élus à la mise en place de nouvelles installations et aux économies d’énergie a été évoqué par Vincent Masureel « On a beaucoup de mal à motiver les élus, à les mobiliser pour soutenir le projet ». De l’autre côté, certaines associations ralentissent la procédure d’obtention de permis de construire en introduisant des requêtes dès qu’une demande est déposée. Faute de permis de construire, plusieurs projets ont été renvoyés à Gironville (Seine-et-Marne) ou Boissy-la-Rivière (Essonne) et d’autres risquent d’être abandonnés.

Soutenant leur opinion interdisant l’installation de nouvelles éoliennes, Angelo Vigorito, président de l’Association pour la protection du Gâtinais-Sud (APPGS), a expliqué que ces installations déforment le paysage.


Beaucoup d’effort à réaliser

En août, l’Île-de-France est devenue membre du Club des collectivités locales éoliennes (Cléo). A la fin du mois de septembre, elle a publié ses perspectives d’avenir dans le secteur. Dans ce document, la région a prévu d’implanter 100 à 180 éoliennes dans le sud de l’Essonne et dans le sud-est de la Seine-et-Marne, d’ici 2020. La production de ces nouvelles installations est estimée entre 200 et 540 MW.

Marion Lettry pense que cette initiative est encourageante et elle pourra accélérer le processus. Pour que la région Île-de-France atteigne les objectifs du Grenelle de l’environnement « il va falloir mettre les bouchées doubles » a-t-il annoncé.

Pour l’heure, l’avenir de l’éolienne en Île-de-France reste incertain. Les défenseurs de l’éolienne ont encore du chemin à faire et devraient redoubler d’ardeur pour réussir à convaincre les élus et les riverains pour pouvoir progresser dans le secteur.


Saviez vous que votre logement peut être alimenté par votre propre éolienne ?

Calculez vos économies d'énergie liées à l'acquisition d'une éolienne domestique

Je calcule mes économies


Source: vos économies d'énergie.fr