Énergies renouvelables au menu du nouveau mandat d’Obama

La réélection de Barack Obama apporte un vent d’espoir aux écologistes. Ils attendent la mise en action de la promesse sur la lutte contre le changement climatique, annoncée par le président lors de sa campagne.


La promesse écologique des États-Unis

Le 6 novembre, à Chicago, Barack Obama a annoncé « Nous voulons que nos enfants vivent dans une Amérique qui ne soit pas toujours menacée par le pouvoir destructeur d’une planète qui se réchauffe ». Compte tenu de cette déclaration, le soir de son retour à la Maison Blanche, des jeunes militants écologistes ont agités des pancartes sur lesquelles ils ont écrit « Day 1 : climate action », réclamant la prise en main immédiate de cette promesse.


Énergies renouvelables : La décision appartient au Congrès

Le projet de lutte contre le réchauffement climatique de Barack Obama pour le développement des énergies renouvelables lui a permis d’obtenir le soutient du maire de New York, Michael Bloomberg. Ce dernier pense que le locataire su candidat démocrate serait le mieux placer pour mener à bien cette bataille. Cependant, la mise en place d’un projet de loi dans ce même ordre se heurte à un enjeu de taille, celui de l’opposition des républicains.

A la réélection de Barack Obama, Harry Reid, chef de file démocrate au Sénat s’est dit confiant à la reprise de cette législation au niveau de cette entité. Il a assuré que le changement climatique est un sujet très important qu’il faut régler raisonnablement.

D’après Dave Hamilton, responsable du climat au Sierra Club, le marché de quotas de CO2 qui a déjà été proposé par l’administration Obama n’a que très peu de chance d’être accepté par le Congrès. « En écoutant parler, mercredi, des porte-parole des membres républicains du Congrès, je ne les ai pas trouvés disposés à faire des compromis » a-t-il confié.


Énergies renouvelables : De nouvelles mesures

Afin de protéger l’environnement et contribuer au développement durable, l’EPA a reconsidéré les autorisations accordées aux raffineries et aux centrales électriques fonctionnant aux énergies fossiles en les conditionnant suivant leurs émissions de CO2. Les exploitants de gaz de schiste devront également se soumettre à une nouvelle mesure leur imposant de brûler les rejets de méthane à la sortie des puits pour faire baisser les fuites et les émissions de gaz à effet de serre. Dès 2015, ces gaz devront être collectés pour être ensuite réutilisés.

De leur côté, les écologistes mettent la pression sur le renforcement des lois fédérales sur l’air et sur l’eau visant à réduire les pollutions liées à la fracturation hydraulique, utilisée dans le forage des puits de gaz de schiste. Le directeur de l’ONG Environmental Defense Fund, Nat Keohan a demandé l’application du Clean Air Act de 1970 qui permettrait de réduire les émissions de CO2 de 16% ou 17% sous leur niveau de 2005.

Afin de mener à bien son engagement concernant la diminution des émissions de CO2 américaines à 17% en 2017, le président pourrait de nouveau faire appel à l’Agence de protection de l’environnement (EPA) et à l’arme réglementaire, avec qui il a déjà collaboré en 2011.


Vous souhaitez contribuer au développement durable tout en effectuant des économies?

Utilisez notre simulateur pour calculer les économies d'énergie de votre logement doté d'installations écologiques. C'est gratuit et sans engagement

Je calcule mes économies


Source: vos économies d'énergie.fr