Energies renouvelables : la France est-elle à la traine ?

A l’heure ou les enjeux autour de la transition énergétique font plus que jamais partis des priorités du gouvernement Français, et que des résolutions encouragent à l’usage croissant des énergies renouvelables ; force est de constater que bien que la France utilise toutes les énergies renouvelables, la géothermie, l’éolien, l’énergie solaire, l’hydraulique, les moyens mobilisés pour les différentes sources d’énergies semblent montrer, comparativement à certains Pays Européens, que l’essentiel reste à faire.

La France en fait moins sur les énergies renouvelables

Pour Emmanuelle COSSE, secrétaire nationale des verts, la France utilise en effet toutes les énergies renouvelables pour produire de son énergie mais uniquement à dose homéopathique. Une étude de l’agence internationale de l’énergie confirme que seuls 12% de l’énergie utilisée en France était liée aux énergies renouvelables.

En France les trois quart de l’électricité produite sont d'origine nucléaire. Selon la même étude, l’ensemble des énergies renouvelables, ne représente que 3% de la production de l’électricité. Toutefois, certaines politiques sont encourageantes notamment la construction des barrages (dans les Pyrénées, les Alpes, ou le Massif central), qui a permit de développer grandement l'énergie hydraulique et d'en faire une source d'électricité intéressante.

Les énergies renouvelables sont plus présentes chez nos voisins européens

Une approche comparative au niveau Européen permet de voir que la France est loin d’être le premier de la classe en ce qui concerne les politiques en faveur des énergies renouvelables. Le Portugal par exemple, d'après une étude de l’agence internationale de l’énergie, produit 42% de son électricité à partir d'énergies vertes, essentiellement grâce à l’hydraulique. En Norvège c'est 97% de la production électricité qui est issue des énergies renouvelables. Cette situation découle, certes, des avantages géographiques dont dispose le pays et qui lui ont permit de développer l'énergie hydraulique mais reflète aussi un réel engagement de la Norvège sur la voie de la transition énergétique.

Dans le cas de l’Allemagne, 17% de l’énergie utilisée provient des énergies renouvelables. L’agence internationale de l’énergie confirme, en outre, le fait que l’usage de l’énergie solaire est beaucoup plus important outre-Rhin qu’en France. L'Allemagne s'est, depuis longtemps, engagée dans des modifications de son mix énergétique, et même si le charbon reste majoritaire, les infrastructures existantes permettent une meilleure intégration des ENR.

La France, comparativement à certains pays européens, ne semble pas être performante quant à la place accordée aux énergies renouvelables et des réformes profondes vont devoir être entreprises pour arriver à donner aux énergies vertes une place plus importante dans le mix énergétique.

La transition énergétique source de beaucoup d'espoir

S’il est vrai que le France ne consacre pas suffisamment de moyens de façon à promouvoir les énergies renouvelables, il n’en demeure pas moins que la volonté du gouvernement est de réussir la transition énergétique. En effet, cette dernière constitue l’une des priorités que s’est fixée le gouvernement au regard des enjeux énergétiques liés à notre époque. C’est ce qui explique la croissance de l’énergie hydraulique (+18,5%) et de fait, la hausse de la part des énergies renouvelables dans la production totale de la France. Dans ce cadre, le projet de loi d'orientation énergétique, qui va être publié contiendra les mesures concrètes concernant la mise en oeuvre de la transition énergétique, est très attendu, et des réformes ambitieuses pourrait permettre à la France de refaire son retard sur ces voisins européens concernant l'utilisation des énergies renouvelables.