France Solar Industry : le photovoltaïque français veut s'exporter

France Solar Industry regroupe tous les acteurs de la filière photovoltaïque afin de gagner des marchés à l'international, mais également de favoriser la balance des échanges, qui est actuellement déficitaire alors que l'énergie solaire connait un succès sans précédent.

Le marché des panneaux photovoltaïques explose

L'installation photovoltaïque européenne représente près de trois quarts de la production mondiale. L'AIE a avancé qu’à l’horizon 2035, la capacité photovoltaïque de l'UE devrait afficher les 146 GW, réduisant la part du solaire à seulement 5 % de la production électrique européenne. Aux États-Unis, la hausse de la capacité est estimée à 4 à 68 GW. La Chine (113 GW), l'Inde (85 GW) et le Japon (54 GW) se posent également comme des pays qui ont su développer leur secteur solaire photovoltaïque. Cela prouve que la concurrence internationale est rude alors que la balance commerciale de ce secteur est en déficit en France.

De nouveaux marchés tels que le Plan solaire méditerranéen ont vu le jour. Il convient de rappeler que ce projet a pour effet de développer l'énergie photovoltaïque à l'horizon 2020 en Algérie, en Tunisie, au Maroc et en Égypte. Par ailleurs, l'Afrique du Sud, les Pays du Golfe, le Brésil, le Mexique et la Turquie se tournent désormais vers l’utilisation des énergies renouvelables.

La relance du photovoltaïque français

La marque France Solar Industry a été fondée en 2002 et propose de découvrir le savoir-faire français, notamment en termes de production d'électricité solaire. Elle rassemble diverses entreprises membres du Syndicat des énergies renouvelables (SER), qui compte 450 adhérents, a permis de créer plus de 80.000emplois et affiche un chiffre d'affaires de plus de 10 milliards d'euros.

Lors de la conférence de lancement de « l’initiative export » de France Solar Industry, qui s’est tenue le 9 janvier dernier à Paris, Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, a avancé qu’« Il s'agit de se présenter de manière collective à la conquête de nouveaux marchés et de proposer des offres intégrées capables de rivaliser avec nos principaux concurrents ». En ajoutant : « La France possède des entreprises d'excellence dans le domaine de l'énergie renouvelable qui mérite d'être davantage connues et reconnue sur les marchés étrangers. Avec France Solar Industry, la filière s'organise, se structure et se donne les moyens de se projeter à l'international. Nous ne pouvons que saluer cette initiative, car nous avons des marchés à conquérir et des emplois à gagner ».

La ministre a l’air décidé à promouvoir les entreprises françaises d'économies d'énergie sur la scène internationale. En effet, elle a ajouté : « Le marché explose, il faut l'incarner. Je me bats pour que notre pays se dote de démonstrateurs. Il est important que nous ayons des choses à faire voir sur notre territoire. »

Le Comité stratégique des éco-industries (COSEI), présidé conjointement par Delphine Batho, la ministre de l'Écologie, et Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, devrait permettre de structurer les filières autour d'une marque française, et ce, avec des démonstrateurs. La ministre du Commerce extérieur a conclu par : « Il faut faire, c'est tout. Nous allons lancer des comptoirs unifiés à partir des régions, où seront regroupés tous les services. La Banque publique d'investissement sera là pour soutenir l'offre. Nous allons faire du business plutôt que de la paperasserie. Attractivité, compétitivité, rapidité, voilà ce que nous visons ». Une annonce qui a été applaudie par les entrepreneurs soucieux de voir des formalités plus simples, mais également des risques moins périlleux.


source : vos économies d'énergie.fr

Vous souhaitez avoir des revenus solaires pendant 20 ans. Demandez-nous un devis et calculez vos économies avec notre simulateur photovoltaïque.