JO de Londres 2012 : les jeux du développement durable

Les Jeux Olympiques 2012 de Londres débutent officiellement aujourd’hui, vendredi 27 Juillet. Pour ce grand événement, la capitale britannique s’est dotée d’infrastructures à la pointe du développement durable et tout a été pensé pour que rien ne soit laissé à l’abandon après les jeux.

Le respect de l’environnement est depuis 2004 le troisième pilier de l’olympisme, après le sport et la culture, les JO n’ont donc pas vraiment le choix.


Le plan “Towards a One Planet 2012”

Le plan “Towards a One Planet 2012” est le plan d’ < a href="/"économies d'énergie des Jeux Olympiques de cette année. Il est basé sur le concept « One Planet Living » (initiative réunissant gouvernements, entreprises et particuliers, et proposant des solutions qui permettent de vivre dans les limites naturelles de notre planète) de WWF.

Ce programme repose sur cinq domaines. Le premier concerne les déchets, la gestion du tri, du recyclage et de la diminution des ordures sont des points grandement travaillés. Le changement climatique est bien évidemment un domaine pris en compte (réduction des émissions de gaz à effet de serre…). La biodiversité est aussi un point important des jeux, (reconversion des sites qui sont favorables à la faune et la flore…) ainsi que l’intégration (accès pour tous aux manifestations, développement de l’emploi…), et la vie saine (essor de la pratique du sport…).


Un stade olympique éco-conçu

Du haut du Green Tube, nous pouvons observer les différentes installations avec une vue panoramique d’exception. Cette tour a pour objectif de sensibiliser le public, de faire comprendre aux visiteurs les enjeux de la conception verte des olympiades londoniennes.

L’implantation de ce parc olympique à l’Est de Londres a été effectuée sur un ancien site industriel. Les sols de celui-ci étaient hautement pollués par des métaux lourds. Un nettoyage en profondeur de la zone a donc été entrepris. De plus une usine horlogère avait également produit des déchets radioactifs (radium 226, donnant l’effet phosphorescent sur les aiguilles de montre), il a donc fallu sécuriser le périmètre et enfouir les déchets loin de la capitale.

Le stade est construit avec 98% de matériaux issus des bâtiments occupant la zone. Ils ont été nettoyés, refondus pour être réutilisés pour les fondations du stade ou moulés pour en former le nouveau béton, a faible densité de carbone. Cette réhabilitation a permis à la ville de disposer d’un nouvel espace vert, composé de 2 000 arbres ainsi que plus de 300 000 végétaux de zones humides.

Des systèmes de récupérateur eau de pluie ont été installés ainsi qu’une centrale utilisant la biomasse. Ce parc olympique à pour intention de devenir après les jeux olympique une réserve pour les espèces rares.


Le vélodrome, un bijou écologique

Le vélodrome est le bâtiment le plus curieux du stade olympique. Avec son toit concave ressemblant à une chips de pomme de terre, les Londoniens l'ont rebaptisé "The Pringle" du nom de la célèbre marque. Plus de 147 millions 120 millions d'euros ont été dépensé pour la construction de ce stade. Selon les constructeurs, l'énergie de la piste cycliste la plus rapide du monde sera à 31% plus efficace que ce qui était prévu en 2006 lors de son projet.

56 kilomètres de pin ont été utilisé pour construire le vélodrome. Le bois provenant d’une source labellisée et éco certifiée par les instances britanniques. Son design et son architecture, et fait en sorte que la ventilation et l’éclairage soit naturels. Quand au toit, il recueille l'eau de pluie et fournit 70% de l'eau nécessaire au fonctionnement des lieux, pour les toilettes et la plomberie. L'utilisation d'eau potable a ainsi été drastiquement réduite.


Vous souhaitez contribuez au développement durable tout en effectuant des économies?

Utilisez notre simulateur pour calculer les économies d'énergie de votre logement doté d'installations écologiques. C'est gratuit et sans engagement

Je calcule mes économies


Source: vos économies d'énergie.fr