L'énergie solaire et éolienne, deux des leviers pour l'efficacité énergétique

Des scientifiques de l'Institut Fraunhofer pour les systèmes énergétiques solaires (ISE) de Fribourg-en-Brisgau (Bade-Wurtemberg) viennent de présenter une étude complète baptisée « Système énergétique en Allemagne en 2050 » portant sur les meilleures manières de réduire les émissions de CO2 liées à l'énergie à long terme.

Une nouvelle version plus complète sur l'efficacité énergétique

Dans l’étude basée sur le modèle REMod -D, les scientifiques ont mis en avant l’efficacité énergétique et le recours aux énergies renouvelables et reviennent sur tous les secteurs et types de combustibles. Vers la fin de l’année dernière, une première version de l’étude a été présentée, mais s’est avérée incomplète. Cette nouvelle version vient alors combler les lacunes pour réduire les émissions de CO2 en ajoutant les domaines de la mobilité, de l'industrie et du commerce. Tout comme la précédente, les conclusions de l’étude portent sur l'idée d’un achèvement de la restructuration du système énergétique, ce qui ferait que le coût annuel total de l'approvisionnement en énergie pour l'économie sera pareil à celui qui est pratiqué actuellement.

Réduire les émissions de CO2

Hans-Martin Henning, directeur adjoint de l'Institut Fraunhofer ISE, déclare que l’objectif principal de cette étude est de réussir à définir le meilleur mix énergétique qui permettrait de réduire les émissions de CO2 au long terme. D’ailleurs, il rejoint l’objectif de l'Energiewende, qui recherche également la solution au problème, et ce, au moindre coût. Mr Henning a également ajouté que le modèle REMod –D qui fut présenté l’année dernière a, depuis été amélioré, surtout dans les secteurs de la consommation d'énergie à savoir l'électricité et la chaleur, mais également la mobilité, le commerce et l'industrie.

Les chercheurs ont également montré ce qu’était un système énergétique à coûts optimisés dans l’étude et ont prouvé qu’il permettait de réduire les émissions CO2 de plus de 80 % par rapport à ceux de 1990. En somme, l’étude démontre que les énergies renouvelables auront un grand rôle à jouer dans l'approvisionnement énergétique futur, que ce soit pour l'approvisionnement en électricité des secteurs, qui est actuellement assuré par l’énergie électrique, ou pour le système dans son ensemble. Pour ce qui est de l’approvisionnement des transports ou des bâtiments en termes de chauffage et d’eau chaude, l’électricité est un facteur important dont on devra prendre en compte. Andreas Palzer, qui a réalisé les calculs de l'étude en collaboration avec M. Henning, note que pour que les énergies renouvelables fluctuantes puissent se développer, il sera utile d’optimiser de manière intersectorielle l'ensemble du système. L’idée est de développer toutes les options de l’électricité dans l’ensemble des secteurs de la consommation. D’ailleurs, c’est un projet tout à fait réalisable si l’on tient compte du fait que les surproductions d'électricité faites à partir de sources d'énergies renouvelables comme l'énergie solaire ou éolienne sont de plus en plus nombreuses.


Sources : Vos économies d'énergie.fr