La Commission européenne pense changer le soutien public à l'énergie éolienne, l'énergie solaire et au nucléaire

La Commission européenne prévoit de mettre en place de nouvelles règles qui viendront encadrer les aides publiques allouées par l'État au secteur énergétique. Cette nouvelle réforme devrait avoir des conséquences sur bien des domaines, notamment sur les énergies renouvelables, mais aussi sur le nucléaire.

De nouvelles mesures avancées sur les énergies renouvelables

Un des porte-parole de la Commission européenne s'est notamment prononcé sur le sujet en déclarant que certaines questions concernant le secteur doivent être éclaircies. À cet effet, 28 commissaires se sont retrouvés mardi dernier lors d'un débat d'orientation afin de s'entendre sur les grandes lignes qui encadrent les nouvelles règles annoncées. Les propositions étudiées lors du débat ont donné lieu à des conclusions intéressantes tant pour les producteurs d'énergie solaire et éolienne. D'ailleurs, ces derniers ont dû noter une amélioration de leur secteur avec le système de soutien du développement durable qui a été adopté en Allemagne, mais aussi en France qui induit un prix de rachat garanti aux entreprises qui produisent de l’électricité verte. C'est notamment ce système que la Commission européenne envisage d’interdire. Un des officiels de la CE a déclaré que le système actuel est source de problèmes, car il fait « disparaitre le signal prix ». Il a conclu en déclarant vouloir rendre le système plus efficient.

Les critiques abondent sur les différences entre les énergies renouvelables

La majorité des États membres ont dû se faire une raison concernant la situation actuelle, les producteurs sont poussés à toujours produire plus sans se soucier des prix de marché. Bruxelles souhaite mettre un terme à ces pratiques douteuses en avançant une nouvelle mesure. Toutefois, le projet essuie déjà de nombreuses critiques, surtout en ce qui concerne les modalités des mesures annoncées. L'idée d'un subventionnement public reste envisageable, mais la Commission peut encore choisir d'imposer les aides au travers d'appels d'offres sans prendre en compte les diverses technologies proposées telles que la biomasse, l'énergie éolienne ou encore l'énergie solaire. Ce mécanisme parait intéressant en surface, mais à bien y revoir, il ne devrait soutenir que les technologies les plus avancées et les plus encourus au détriment des autres sources d'énergies renouvelables moins compétitives. Au su du débat qu'à créé le projet, la Commission a changé de fusil d'épaule et a déclaré qu'elle restait ouverte à toute autre proposition, notamment au fait de traiter chaque mode de production d'énergies renouvelables différemment. Un officiel Européen trouve cette décision peu logique, car pour sa part, il n'est pas utile de garder le même degré de financement public pour celles qui se rapprochent des conditions de marché.

Concernant le nucléaire

Bruxelles souhaite également imposer de nouvelles règles qui viendraient encadrer le financement public du nucléaire de manière plus efficiente. Les questions tournant autour du sujet ont d'ailleurs créé un engouement de taille auprès des partisans du vert qui ont dénoncé le fait que le nucléaire ait toujours été considéré comme une énergie comme les autres, pas vraiment dans les énergies fossiles mais pas dans les énergies renouvelables. Pour se défendre, l'officiel Européen annonce que l'idée n'est pas d'encourager le nucléaire, mais de revoir les mesures qui encadrent le soutien public. Toutefois, il a ajouté que ces mesures pourront toujours être retirées si cela s'avère nécessaire.


Source : Vos économies d'énergie.fr