La France en retard sur le développement des énergies renouvelables

D’après Jean-Louis Bal, le président du Syndicat des énergies renouvelables, la France n’arrivera pas à redresser la barre ni à atteindre les objectifs qu’il s’est fixés dans ce domaine à l'horizon 2020 à moins de mettre les bouchées doubles.

Des efforts soutenus en matière d'énergies renouvelables

Jeudi dernier, Jean-Louis Bal a ouvert le colloque annuel du Syndicat des énergies renouvelables (SER) et a profité de la présence du ministre de l'Environnement allemand Peter Altmeier et de son homologue française Delphine Batho, pour avancer ses inquiétudes. Il a notamment déclaré devant l’auditoire choisi : « Si rien ne change la France ne respectera pas les objectifs pour 2020, qui visent à porter la part des énergies renouvelables (éolienne, solaire, hydraulique, biomasse...) dans son système énergétique à 23 %, contre 9 % en 2009 ».

Même si l’on a remarqué que des efforts avaient été faits dans plusieurs filières, notamment dans la biomasse ou l'énergie éolienne, il reste que « la tendance actuelle nous conduirait (...) entre 17 % ou 18 % d'énergies renouvelables », a déploré le président. En ajoutant qu’« Il est donc urgent de redresser la barre sans attendre une loi de programmation énergétique qui serait votée au mieux au printemps 2014 ». Par ailleurs, il a appelé à une simplification de la réglementation, notamment de celle qui encadre l'implantation d'éoliennes terrestres et a suggéré la mise en place des cadres et des moyens durables qui permettent de soutenir les diverses filières renouvelables. Jean-Louis Bal a également ajouté : « Nous l'avons mesuré, et force est de constater que nos concitoyens veulent le développement des énergies renouvelables, sans exclusives ».

Le bilan électrique 2012 qui vient d’être publié par RTE, l'opérateur du réseau électrique français, vient confirmer les inquiétudes des professionnels concernant la filière éolienne. En effet, l’an dernier, 757 mégawatts (MW) seulement ont été reliés au réseau électrique (soit 50 % de l'objectif). Par rapport à 2011, qui a vu l’installation de 928MW (contre 1190 installés en 2010), l’on remarque alors une baisse de 19 % des économies d'énergie.

Jeudi dernier, RTE et le SER ont annoncé qu’ils souhaitaient collaborer dans le but de rendre le développement des énergies renouvelables plus aisées, tant au niveau du développement et de l'exploitation du réseau qu’au niveau de l'information. Les deux opérateurs prévoient également de s’associer pour la publication d’un « Observatoire des énergies renouvelables ».

La France en retard sur l'énergie éolienne

Dans l’ensemble, la France est à la traine concernant l’énergie éolienne. En effet, la capacité totale reliée au réseau est de 7.200 mégawatts (MW) au 1er janvier 2013. Ce retard se fait ressentir lorsqu’on la compare à son voisin allemand qui présente une capacité de réseau de 30.000 MW. Par ailleurs, l'objectif que la France s'est fixé à l'horizon 2020 (25.000 MW, dont 19.000 MW pour l'éolien terrestre et 6.000 MW pour l'éolien en mer) ne sera pas atteint de sitôt à ce train là. À cela s’ajoutent certaines disparités territoriales. D’après un bilan partagé par l'association France Énergie Éolienne, deux régions, à savoir Picardie et Champagne-Ardenne, concentrent en leurs lieux le quart des éoliennes installées en France.

L’automne dernier, dans un rapport, Delphine Batho et Arnaud Montebourg, ministre de l'Écologie et du Redressement productif, dénonçaient le coût élevé des énergies éolienne et solaire. Ils avaient également recommandé la suppression des tarifs d'achat à la mi-janvier. Pour sa part, EDF a bénéficié d’un remboursement d'une créance de 4,9 milliards d'euros, liée à la contribution au service public de l'électricité (CSPE) d'ici à la fin 2018. À noter que cette taxe finance les énergies renouvelables. Enfin, le rapport propose d’axer la stratégie de soutien à ces énergies « afin de l'orienter là où les perspectives de valeur ajoutée et d'emploi en France sont les plus grandes ».


Source : Vos économies d'énergie.fr